Argentine : La culture Averías

Publié le 4 Octobre 2018

Pucu
 Le style Averías est dominé par des lignes multipliées séparant des angles latéraux considérés comme influencés par l’Amazonie.

De Argentina_location_map.svg: NordNordWestMap_of_Santiago_del_Estero.svg: PertileArgentina Santiago del Estero location map.svg: Shadowxfoxderivative work: Gergas – Este archivo deriva de:Argentina location map.svgMap of Santiago del Estero.svgArgentina Santiago del Estero location map.svg, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=32888366

La zone de dispersion de cette culture tardive (1200 – 1500) était la province de Santiago del Estero.

Elle absorbait la culture de Sunchituyoc, s’étendant sur la région montagneuse à laquelle elle contribuait et à laquelle elle prenait des éléments culturels.

Elle apparaît comme l’aboutissement d’un processus d’adaptation à l’environnement de plaine des différentes populations.

Les influences reçues de la zone andine lui ont donné un caractère de récepteur et de centre de remaniement des éléments culturels provenant de l’ouest ainsi que du Chaco argentin et du littoral.

La grande taille des villages entourés de palissades témoigne de la complexité sociale atteinte par les averias.

Leur organisation politique semble avoir été une forme de quartier général.

Pour soutenir leur économie, ils devaient augmenter les ressources productives de telle sorte que l’agriculture passe du secondaire au primaire, avec moins de dépendance à la chasse et à la cueillette des ressources.

Ils avaient des échanges intenses avec des régions éloignées comme la puna ou les sierras.

Dans leur iconographie religieuse, il y a des oiseaux et des serpents ; la chouette a gardé sa signification particulière.

Il y a eu un boom notoire dans le textile, les torteros sont très abondants, et sont décorés d’incisions géométriques.

Les céramiques endommagées présentent une ornementation aux valeurs graphiques et chromatiques singulières car cette culture se distingue par sa vocation picturale naissante.

C’était la seule culture dans ce domaine qui a démontré une vocation pour les surfaces chromatiques, ne comptant que sur le rouge et le noir sur blanc et faisant des plans de couleur au moyen d’une texture graphique. Les autres cultures du Nord-Ouest étaient des caricaturistes.

Dans les gisements se trouvent quelques objets métalliques, mais tous ceux que nous connaissons sont clairement d’origine inca, ainsi que quelques diaguitas, ils n’avaient pas leur propre métallurgie.

De Gergas – Trabajo propio, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=32527683

De Gergas – Trabajo propio, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=32526778

sources 

Amerindia. Introducción a la etnohistoria y las artes visuales precolombinas. Cesar Sondereguer ~ Carlos Punta. Editorial Corregidor. 1999

Sudamérica Indígena. Dick Edgar Ibarra Grasso. TEA, Buenos Aires 1994.

Traduction carolita du site Pueblos originarios.com

Article complémentaire

Chronologie des cultures agro-potières dans le Nord-Ouest Argentin (NOA)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :