Religion Guaraníe

Publié le 29 Décembre 2018

La Divinité, l’Univers et la Mort


La facette spirituelle du Guarani est l’un des aspects les plus frappants et les plus attrayants de leur culture.

Dès le moment de la conquête hispanique, le fait que les Guaranis ne possédaient pas de temples, d’idoles ou d’images à vénérer, ni de grands centres cérémoniels, a attiré l’attention des conquérants et des colonisateurs.

Ils n’ont pas hésité à conclure qu’ils étaient un peuple sans croyances religieuses. La vérité était différente, la religiosité existait et était profondément spirituelle, au point de ne pas avoir besoin de temples ou d’idoles sculptées.

Des noms qui font référence à une divinité conçue comme invisible, éternelle, omniprésente et omnipotente.

Pour les Mbya

Ñanderuvusu – notre grand père

Ñamandu – le premier, l’origine et le début

Ñandejara – notre seigneur et maître

Pour les Pãi Tavyterã

Ñane Ramõi Jusu Papa – notre éternel arrière grand-père

japepo 

Une entité spirituelle concrète et vivante qui pourrait se rapporter aux hommes, par exemple sous la forme perceptible du Tupá, le tonnerre. Elle s’est manifestée dans la plénitude de la nature et du cosmos, mais jamais dans une image matérielle. Ñamandu n’était pas le dieu exclusif des guaraníes, il était le dieu père de tous les hommes.

Devant Ñamandu, l’autre dimension de la réalité spirituelle, le MAL, exprimé dans le concept d’Aña, était le bon père, le donneur de vie et le soutien de l’équilibre de l’ordre universel. Cette force maléfique est à l’origine de décès, de maladies, de pénuries alimentaires et de catastrophes naturelles.

Pour les Guaranis, cette terre et cette vie n’étaient pas la perfection. Il y avait un endroit où tout était parfait, la Terre sans mal. La vie de l’homme était une marche vers ce lieu, qui pouvait être atteint après la mort physique, et dans certains cas exceptionnels physiquement, sans passer par la transe de la mort. La Terre sans mal n’était pas un mythe pour les Guaranis. C’était un lieu réel, concret, imprécis, situé à l’est, au-delà de la Grande Mer (Océan Atlantique). Cette croyance en la Terre sans mal a périodiquement généré de grandes migrations dans sa recherche, inspirée par le messianisme de certains chamans ou payes.

Ils croyaient en l’immortalité de l’esprit et au fait que la mort consistait en l’acte par lequel l’âme ou l’anguera quittait le corps physique sans vie ou te’ongue.

Une fois l’individu mort, ses proches procédaient à la destruction de tous ces biens qui pouvaient le retenir indûment dans le monde des vivants. Si l’âme restait, par sympathie pour un objet, dans le monde terrestre, elle se transformait en angueru ou âme en douleur. L’angueru, ou même l’anguera, pouvait se manifester aux vivants sous l’aspect d’un póra ou d’un fantôme.

Le défunt était enterré dans un japepo, un vase de poterie de taille considérable. Le japepo n’avait pas une utilisation funéraire spécifique mais avait de multiples fonctions.

Conçu par les mains de la femme guarani potière, il était utilisé pour cuisiner des aliments, faire fermenter des boissons alcoolisées et les servir à des fins de divertissement, avant de devenir une urne funéraire.

Il y avait deux façons de traiter le corps. L’une était de laisser le corps du défunt pendant un certain temps prudentiel sur la montagne, pour subir le processus de l’incarnation. Ensuite, les os étaient recueillis et déposés à l’intérieur du japepo. Une autre façon était d’insérer le corps entier dans l’urne, en le plaçant dans une position fœtale.

L’urne était enterrée dans le même secteur que les maisons. Avec le japepo étaient déposés d’autres petits récipients en céramique contenant de la nourriture et des boissons, car il était considéré que dans ses premiers stades de détachement du monde terrestre, l’âme conservait encore certaines envies humaines.

traduction carolita du site Ppueblos originarios.com

Religión Guaraní.

https://pueblosoriginarios.com/sur/bosque_atlantico/guarani/religion.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :