Colombie – Le peuple Pijao ( Coyaima et Natagaima)

Publié le 15 Mars 2019

Par Sanjuan — Travail personnel, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=7119294
Par Sanjuan — Travail personnel, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=7119294

Peuple autochtone de Colombie vivant dans le département de Tolima, comptant environ 58.000 personnes.

Revue ethno-historique :


Le peuple Pijao était une fédération tribale qui partageait des caractéristiques culturelles et 
et entretenait des relations sociales et économiques principalement avec les peuples Coyaima et Natagaima (Triana, 1990). Selon les historiens, « son territoire s’étendait de la ville actuelle d’Ibagué vers le sud, y compris la vallée naturelle de la Magdalena et une grande partie des cordillères orientales (principalement du côté sud). et Centrales  » (Oliveros, 2000).
Le peuple Pijao offrit une résistance féroce aux Hispaniques, et leurs guerriers luttèrent pour le contrôle de leurs chefferies et pour le pouvoir territorial sur le fleuve Magdalena, les hispaniques ne les ont vaincus qu’après près d’un siècle de confrontation. 

Mohan et le rite de la fumée de tabac Par Ambi-Ka — Travail personnel, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=5203279


Les Mohanes avaient pour fonction de guider le monde spirituel pijao, en plus d’avoir des pouvoirs de médiateurs familiaux, communautaires, sociaux, économiques et militaires. Les Mohanes combinaient leurs connaissances des savoirs traditionnels et rituels avec des pouvoirs militaires pour rechercher l’équilibre (Oliveros, 2000). Cependant, au moment de l’arrivée des Espagnols, les prêtres doctrinaires identifiant la cohésion socioculturelle des Mohanes, les ont persécutés et tués ; selon la tradition orale, les Mohanes avant d’être baptisés se sont réfugiés dans les fontaines d’eau salée, des « géants de l’origine » et devinrent leurs propres esprits protecteurs des eaux, pour cette raison les hommes pijaos leur demandent des faveurs dans la pêche et les femmes leur demandent de ne pas charmer leurs filles vierges (Oliveros, 2000).
Les luttes indigènes postérieures la loi républicaine de dissolution des resguardos, avaient été en 1882, dirigées par Manuel Quintín Lame, qui, afin de protéger les territoires indigènes, protégés par la loi 89 de 1890, ont obtenu la reconnaissance des cabildos indigènes à Ortega et Chaparral. A partir de cette date,  commencèrent dix ans de luttes pour la propriété des territoires indigènes du sud-est de la Colombie.
Les peuples indigènes sont victimes de diverses formes de violence, qui s’aggravent à partir de 1945, et cela s’est matérialisé dans la dépossession d’un peu moins de la totalité de leurs terres, de la dispersion sociale et la dislocation culturelle, ainsi que les migrations massives de. familles pijao (Observatoire du Programme présidentiel pour les droits de l’homme et le droit international humanitaire). Cela a généré  l’ignorance culturelle au sein des communautés qui sont retournées sur leurs territoires.

Plan de vie 


Dans leur plan de vie, il est proposé :


– Reconstruire la réserve du Grand Resguardo Ortega et Chaparral, et délimiter les zones qu’ils revendiquent comme les leurs, pour lesquels ils proposent un processus de connaissance et de prise de conscience du rôle des terres qui leur appartiennent.
– Contrôler les ressources naturelles sur leur territoire.
– Lutter pour la pleine reconnaissance et le plein exercice de leurs droits par la législation nationale.
– Mettre en place un système de production durable dans les zones.
– Renforcer les unités agro-écologiques familiales autochtones existantes (UAFI) et développer leurs activités. pour les nouvelles familles.
– Mettre en œuvre un système d’élevage durable pour le bétail et les espèces mineures.

Maison traditionnelle dans le resguardo indigène de Totarco De Mateo.m.Bernal – Trabajo propio, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=55420902



Territoire 


Les terres du peuple Pijao ont été réduites et dépossédées, d’abord par les hispaniques, et puis par les colons, de sorte que les Pijao se sont retrouvés appauvris sans leurs terres et ont , sous la pression été forcés de travailler comme journaliers. Avec les récents processus de lutte et de rétablissement de certains de leurs territoires ancestraux, ils ont également entrepris de récupérer leurs terres. 

traduction carolita d’extraits du lien ci-dessous

https://www.mininterior.gov.co/sites/default/files/upload/SIIC/PueblosIndigenas/pueblo_coyaima.pdf

image

Pijao, traduction de l’article de l’ONIC

Autres noms

Pijao « Né des pierres » – Coyaima, Natagaima. Pixaos, Pyjaos et Pinaos

Situation géographique


Les Pijao du sud du département de Tolima, comme ils se nomment actuellement, sont situés en petites parties dans les municipalités de Coyaima, Natagaima, Ortega, Chaparral et San Antonio. Les Coyaimas et les Natagaimas faisaient partie d’une grande société tribale appelée Pijao. Ce groupe se composait d’une série de tribus qui partageaient des caractéristiques culturelles et linguistiques similaires. Son territoire s’étendait de l’actuelle ville d’Ibagué vers le sud, comprenant le creux naturel de la vallée de la Magdalena et une grande partie des chaînes de montagnes orientales (principalement sur son versant sud-ouest) et les deux versants de la chaîne centrale.

Population


D’après le recensement de 2005 du DANE, 58 810 personnes ont déclaré appartenir au peuple Coyaima Natagaima, dont 51,3 % d’hommes (30 160 personnes) et 48,7 % de femmes (28 650 personnes). Le peuple Coyaima Natagaima est concentré dans le département de Tolima, où vit 90,1 % de la population. Viennent ensuite Bogota avec 4,5 % (2 658 personnes) et Huila avec 1,6 % (941 personnes). Ces deux départements et la capitale concentrent 96,7% de la population de cette ville. Les Coyaima natagaima représentent 4,2 % de la population indigène  de Colombie et 37,9 % (22 281 personnes) des Coyaima natagaima vivant en milieu urbain, ce qui est supérieur à la moyenne nationale de 21,43 % (298 499 personnes).

Langue


La langue pijao est aujourd’hui considérée comme éteinte, seules les listes de vocabulaire du milieu du XXe siècle compilées par Alicia Dussan, Gerardo Reichel Dolmatoff et Roberto Pineda sont conservées. A Tolima, les actions n’étaient pas centrées sur les communautés indigènes du département, en raison du manque de connaissance de cette population, mais aussi parfois à cause d’arguments, comme le fait que pour ne pas préserver leur langue maternelle, il n’y avait aucune obligation de développer des programmes d’ethno-éducation, ou toute autre initiative qui appuierait un aspect de leur développement autochtone intégral.

Culture et histoire

image

Histoire 


Après leur réduction au XVIIe siècle de tout ce qu’impliquait l’invasion espagnole, ils ont été établis dans deux resguardos. Comme stratégie de survie, ils se sont appropriés des éléments de la tradition culturelle hispanique, tels que l’élevage du bétail et les rites catholiques. Plus tard, leur société a été affectée par les processus de conformation du bétail des latifundio et, dans la décennie des années cinquante, par la violence bipartisane.

Culture


Les partialités ou communautés sont composés d’un minimum de 30 familles élargies, chacune composée de familles nucléaires avec une moyenne de 5 individus. En général, deux à trois familles nucléaires sont établies par ménage. La femme à partir de sa première menstruation est considérée comme prête pour le mariage, l’homme avant de l’épouser doit savoir si elle sait comment travailler la terre et si elle est capable de faire vivre une famille. Les époux vivent d’abord un certain temps dans la maison des parents du mari, puis dans leur propre maison. Pour que le mariage catholique puisse avoir lieu, il faut qu’il y ait une stabilité économique et une coexistence, sinon, après la séparation, la responsabilité des enfants sera celle des mères.

Économie

Le régime alimentaire du peuple Pijao, Coyaimas et Natagaimas est basé sur le maïs, le yucca et la banane, et est complété avec du riz, des légumes, du poisson et des œufs. La chicha est une boisson traditionnelle de grande importance pour la communauté et se boit dans les espaces collectifs (Oliveros, 2000). Les Pijao qui ont moins d’un hectare de terre travaillent comme journaliers. Entre parents proches et voisins, le travail individuel est maintenu sans rémunération. Quand un fils commence à fonder une famille, sa première semence sera dans un morceau de terre de son père ou de son beau-père, où le jeune homme doit donner une partie de la semence et tout le travail, pour cette raison il obtient la moitié de la récolte.

traduction carolita du site de l’ONIC

https://www.onic.org.co/pueblos

Articles complémentaires

Le peuple Pijao lutte pour la récupération de son territoire

Calarcá cacique Pijao

Ibanasca

Mohán esprit pijao

Locomboo et Nacuco

Les dieux Pijaos

L’origine du monde

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :