Les Ingriens ou Finnois-Ingriens

Publié le 13 Mars 2018

image

Les Ingriens ou Finnois Ingriens sont les autochtones finlandais de l’Ingrie (qui est aujourd’hui la partie centrale de l’oblast de Leningrad dans la fédération de Russie).

Ils descendent des immigrants finlandais luthériens introduits dans la région eu 17e siècle quand la Finlande et l’Ingrie étaient deux parties de l’empire suédois.

Au moment des déportations forcées avant et après la seconde guerre mondiale, la plupart de ces populations ont été déplacées vers d’autres parties de l’Union Soviétique.

De nos jours, les finlandais Ingriens constituent la plus grande partie de la population finlandaise de la fédération de Russie.

Ils sont environ 25.000 qui seraient retournés et résideraient toujours dans la région de St Pétersbourg.

Autodésignation : inkerin suomalaiset

En finnois inkeriläiset, inkerinsuomalaiset

En russe : Ингерманландцы, Ingermanlandtsy

En anglais Ingrian finns

Population :

Finlande : 25.000 personnes

Fédération de Russie : 20.300 personnes

Ukraine : 768 personnes

Kazakhstan : 373 personnes

Estonie : 369 personnes

Bélarus : 151 personnes

Langue

Leur langue est autodésignée suomen kieli, c’est une langue finno-ougrienne

360 locuteurs

Il y a 2 dialectes : le soikino, de la péninsule de Soikino dans le district de Kingissepp et le dialecte d’Hevaha dans le district de Lomonossov.

Ce n’est pas une langue distincte mais elle se compose de dialectes finlandais de l’est (langues vernaculaires de Savo et dialectes du sud-est de l’Ingermanland)

L’izhorien et le carélien sont les dialectes finnois de l’est.

L’Ingrie s’appelait autrefois l’Ingermanland. C’est une région située dans la golfe de Finlande, le bassin de la Neva et le lac Ladoga qui devient une province suédoise après les batailles des années 1570, 1595 et 1610/1617.

A partir de 1710, l’Ingermanland fait partie de St Pétersbourg, à partir de 1914 de Petrograd et à partir de 1927 à la province de Leningrad.

Par Pauly, Gustav Theodor — Pauly, Gustav Theodor. Description ethnographique des peuples. Saint Petersbourg: Bellizard, 1862., Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=58087999

Les Finnois Ingriens comportent deux groupes :

Savakot, descendants des savonians qui ont migré vers l’Ingrie.

Ayramoiset venant de l’isthme de Carélie et des parties du royaume suédois.

By Fobos92 – Own work, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=29531950

oblast de Leningrad Par TUBS —  CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=15938133

Histoire

C’étaient des luthériens, travailleurs migrants qui ont déménagé en Ingrie pendant la période de domination suédoise en 1617/1703.

D’autres proviennent de conversions plus ou moins volontaires parmi des peuples autochtones de langue finnoise et des Izhoriens.

Dans les registres de 1917, ils vivaient dans 761 villages finlandais et 235 villages mixtes.

Après la reconquête russe et la fondation de St Pétersbourg, le flux migratoire s’inverse. Les nobles russes se voient accorder des terres d’Ingrie. Les finlandais ingriens luthériens quittent l’Ingrie où ils étaient en minorité pour la région de la vieille Finlande dans le nord du golfe de Finlande là où ils sont assimilés aux finlandais caréliens.

Après la révolution d’octobre, les finnois Ingriens habitant la partie méridionale de l’isthme de Carélie se séparent de la Russie bolchevique et forment une république d’Ingrie du nord soutenue par la Finlande.

Sous le traité de Tartu ils sont réintégrés à la Russie mais bénéficient d’une certaine autonomie nationale.

En 1928/1939, le district national de Kuivasi est formé avec son centre à Toksova et le finnois comme langue officielle.

Le premier recensement de l’Union Soviétique de 1926 enregistre 114.381 « finlandais de Leningrad ».

En 1928 la collectivisation de l’agriculture commence en Ingrie.

image et témoignage en anglais de l’histoire de ce monsieur

La domination soviétique et l’occupation allemande en 1941/1944 sont désastreuses pour les finno-ougriens, plus que pour les autres minorités ethniques. Certains sont exécutés, d’autres déportés en Sibérie ou forcés de se réinstaller dans d’autres parties de l’Union Soviétique, d’autres encore se réfugient en Finlande et sont assimilés.

Un millier d’Ingriens sont déportés en 1929/1931 en Carélie orientale, dans la péninsule de Kola et au Kazakhstan et même en Asie centrale.

Leur situation est encore plus détériorée à cause du projet soviétique de créer des zones de sécurité restreintes le long des frontières avec la Finlande et l’Estonie, libres des peuples finlandais considérés comme politiquement peu fiables.

En avril 1935, 7000 personnes (de 2000 familles) sont expulsées d’Ingrie au Kazakhstan (région de l’Oural).

En mai/juin 1936, 20.000 personnes (toute la population finlandaise des paroisses de Valkeasaari, Lempaala, Vuolin, et Mikkilainen) proches de la frontière finlandaise sont transférées dans la région de Cheropovets.

En Ingrie ils sont remplacés par des personnes venant de différentes régions d’Union Soviétique.

En 1937 les églises luthériennes, les écoles en finnois d’Ingrie sont fermées, les publications et émissions radi en finnois sont suspendues.

En mars 1939 le district national de Kuivasi est liquidé.

Pendant cette période, le gouvernement de Staline détruit la culture finlandaise ingrienne mais souhaite par ailleurs maintenir la langue finnoise souhaitée comme un moyen d » légitimer l’occupation planifiée de la Finlande.

Pendant la guerre de continuation, la plupart des finlandais ingriens qui étaient encore citoyens soviéttiques sont envoyés de force en Union Soviétique où ils sont dispersés en Russie centrale.

Certains fuient en Suède et 4000 restent en Finlande.

Après la guerre, de nombreux Ingriens se sont installés en Estonie sous contrôle soviétique.

Depuis 2010, le gouvernement finlandais a décidé d’arrêter la ré-immigration de sorte que les Ingriens cherchant une résidence sont traités comme des étrangers. Il y a environ 15.000 personnes dans la file d’attente des ré-émigrants.

En Estonie, les finlandais Ingriens ont une autonomie culturelle depuis 2004.

C’est la première minorité à s’organiser et utiliser ce droit après la restauration de l’indépendance en Estonie.

Culture et langue

Par Valeriy10f — Travail personnel — свободная замена флага из книги О. И. Коньковой «Ижора. Очерки истории и культуры» (стр. 218-219). СПб, МАЭ РАН, 2009, с. 248, илл. ISBN 978-5-94348-049-2, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=20086678

Le luthéranisme leur a permis de garder une bonne éducation et une bonne culture.

En 1632 une première école est fondée à Nyen (Nevanlinna)

En 1643 chaque ville du comté avait sa propre école et des tests de compétence de lecture ainsi que des cours avaient lieu le dimanche pour les enfants. Ces programmes existaient pendant la période suédoise et se sont poursuivis à la période russe.

En 1785 la première école primaire est ouverte dans le village de Kolppana et la vie culturelle prend de l’ampleur au cours du XIXe siècle

L’abolition du servage en 1861 permet à l’Ingermanland, avec la libération des paysans, des changements radicaux, des chorales et des sociétés sont formées.

Un séminaire de théologie est ouvert à Kolppana en 1863 pour améliorer les normes d’éducation et former des clercs et des maîtres d’école.

En 1867 un journal éphémère débute (Pietarin sanomat).

En 1871 un calendrier est publié.

Les dernières décennies du siècle voient la période de russification dans l’Ingermanland.

En 1899, premier festival de chant d’Ingrie.

Des opportunités plus favorables aux activités culturelles sont soutenues par la Finlande après la révolution.

En 1918, 314 écoles en langue finnoise , des programmes radiophoniques, des quotidiens, des journaux apparaissent.

En 1937 avant la dispersion totale des Ingriens, toutes les écoles finlandaises ingriennes ont été russifiées, la plupart des intellectuels ont été tués et la vie culturelle ingrienne éteinte.

En 1989 recommence à paraître en Estonie, une brochure d’informations, Inkari publiée par la Ingrian society.

groupe folklorique

source 1 + wikipedia

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :