Pérou – Le peuple Shiwilu ou Jebero

Publié le 13 Mai 2019

image

Peuple autochtone de l’Amazonie péruvienne vivant dans le département de Loreto, dans le Haut Amazonas, district de Jeberos le long des rivières Aipena et Rumiyacu.

Autodésigantion : shiwilu

Autres noms : jebero, xebero, chebero, shiwila

Population : 642 personnes (336 hommes et 306 femmes) source

sur la carte à cahuapana

Le peuple Shiwilu est également connu sous le nom de Jebero, un nom qui fut plus tard utilisé pour nommer un district de la région de Loreto qui occupe un secteur de l’Amazonie péruvienne traditionnellement occupé par ce peuple. Cependant, ce peuple préfère le nom shiwilu, par lequel il se réfère également à sa langue maternelle.

Histoire 
 

Les témoignages historiques du peuple Shiwilu remontent à l’époque coloniale, lorsqu’en 1638, le prêtre Lucas de la Cueva arriva dans le territoire occupé par le peuple Shiwilu. Ensuite, on sait que les Shiwilu vivaient dispersés dans les zones situées entre les rivières Marañon, Sillay, Paranapura et Huallaga (Valenzuela 2012). En 1640, le prêtre Lucas de la Cueva fonda l’une des principales missions de la région, celle de Limpia Concepción de Jeberos. Cette mission a accueilli un groupe important d’autochtones, dont la majorité était le peuple Shiwilu (Valenzuela 2012, Chirif et Mora 1977).

Les Shiwilu se sont échappés de la mission plus d’une fois de peur d’être asservis et transférés à Borja ou Moyobamba. Cependant, beaucoup d’entre eux sont revenus à la recherche de nourriture. Bien qu’ils se soient rebellés contre les missionnaires, ils ont aussi joué un rôle important dans l’intermédiation avec les peuples autochtones d’autres peuples et dans leur incorporation dans la mission (Valenzuela 2012, Ribeiro et Wise 1978).

Après l’expulsion des missionnaires jésuites en 1767, ils sont entrés dans la zone habitée par les missionnaires franciscains Shiwilu. Avec le temps, l’entrée d’autres acteurs étrangers dans la région s’est accrue. Cela a conduit à une rébellion de répercussions régionales en 1809 dans la région qui a entraîné le retrait des autorités espagnoles (Valenzuela 2012, AIDESEP et al. 2000).

Après une période d’isolement relatif des Shiwilu, les dernières décennies du XIXe siècle et les premières décennies du XXe siècle sont caractérisées par l’entrée d’une série de commerçants dans la zone occupée par les Shiwilu, qui sont impliqués, souvent de force, dans des activités telles que la collecte du caoutchouc, du bois et la production du barbasco (Valenzuela 2012).

Pour Valenzuela (2012), la migration d’un nombre considérable de commerçants dans la région a entraîné d’importantes transformations socioculturelles qui ont affaibli l’identité shiwilu et, dans une large mesure, la perte de la langue. Face à cette situation, plusieurs auteurs ont évoqué le processus de renforcement de l’identité shiwilu qui a eu lieu depuis les années 1990, avec la création d’une troupe de théâtre qui joue des pièces basées sur la tradition orale shiwilu et la fondation de la Fédération des Communautés Indigènes Jebero – FECONAJE (Valenzuela 2012, AIDESEP et autres 2000, Mora et Zarzar 1997).

image

Langue

Dans les quelques études linguistiques sur la langue, Shiwilu, elle a reçu les noms de Jebero, Chebero, Xebero et Shiwila. Cependant, les locuteurs se réfèrent à leur propre langue par le nom shiwilu, qui est également utilisé comme un nom pour le peuple. Le shiwilu est parlé dans plusieurs régions du bassin de l’Aypena, dans le département de Loreto, où se trouve Jeberos, le district avec la plus grande concentration de locuteurs. Les chercheurs s’accordent aujourd’hui à dire que Shiwilu est en grave danger de disparition. En réponse à cette situation, 12 écoles d’éducation interculturelle bilingue fonctionnent dans la région, bien qu’il n’y ait toujours pas d’alphabet officiellement reconnu.

traduction carolita du site bdpi.cultura.gob.pe

image

Les activités économiques 

L’activité principale pour la subsistance des familles des Jeberos est l’horticulture itinérante, la culture du manioc, de la banane, de la canne à sucre, du coton, du maïs, du barbasco, des haricots, du riz et du tabac. Bien que la chasse se poursuive, elle a perdu son importance traditionnelle.

Afin de satisfaire les besoins en protéines animales, ils sont actuellement engagés dans l’élevage de volailles et de porcs, en plus de la pêche, qui conserve encore son importance. La récolte semble avoir perdu toute importance. De nos jours, les jeberos vendent leurs produits directement à la ville de Lagunas ou aux régates qui circulent dans leurs communautés. Ils exploitent également le bois à des fins commerciales, activité soumise au système d’autorisation.

L’éducation
 

La population des communautés Jeberos âgées de cinq ans et plus a un taux d’analphabétisme très élevé (64,2 %), ce qui s’explique par le pourcentage élevé de la population qui n’a reçu aucune éducation (57,2 %). Pour 37,7 % de la population, l’enseignement primaire incomplet est souvent le plus haut niveau d’instruction atteint. Seulement 10 personnes, soit 2,0 % de la population âgée de cinq ans et plus, ont terminé leurs études secondaires et seulement 0,4 % ont terminé leurs études supérieures.

Situation de vulnérabilité 

En raison de son faible volume démographique et de son intégration accentuée dans la société régionale, avec une perte progressive de sa langue, ce peuple peut être considéré dans une situation de grande vulnérabilité.

traduction carolita du site peruecologico

Shiwilu | Base de Datos de Pueblos Indígenas u Originarios

La langue du peuple originaire Shiwilu déclarée patrimoine de la nation

Publié le 13 Mai 2019

Traduction d’un article de 2016 en rapport avec l’article sur le peuple Shiwilu

– Selon la base de données des Peuples Indigènes Originaires, le peuple Shiwilu est également connu sous le nom de Jebero.

Servindi, 1er juillet 2016 – La langue du peuple autochtone Shiwilu, de la famille linguistique Cahuapana ou Kawapana, a été déclarée Patrimoine culturel national par le Ministère de la Culture. Selon la résolution ministérielle qui fait cette reconnaissance, ses locuteurs  » s’efforcent de la revitaliser et, à travers elle, de renforcer leurs expressions culturelles intrinsèquement associées à la langue « .

Le ministère mentionné soutient que la langue shiwilu est une expression culturelle unique en raison de la confluence d’éléments ancestraux andins et amazoniens, constituant un pilier de l’identité de ce peuple.

Le peuple Shiwilu, explique la résolution publiée le 23 juin, vit principalement dans le Loreto, entre les rivières Marañón et Huallaga.

Selon la base de données sur les peuples indigènes, le peuple Shiwilu est également connu sous le nom de Jebero, un nom qui a ensuite été utilisé pour nommer le district de ce département ; cependant, ses propres membres préfèrent le nom Shiwilu, qui fait également référence à leur langue maternelle.

Ces dernières années, les initiatives de sauvetage linguistique culturel ont été menées par les Shiwilu eux-mêmes.

Dans le cadre du processus de préparation du dossier pour la déclaration, ce peuple, composé de représentants des communautés proches de Jeberos et de leurs autorités, a élaboré un plan d’action communautaire pour la langue shiwilu, qui reflète son importance, sa valeur et sa pertinence pour les générations actuelles et futures.

Les spécialistes ont fait remarquer qu’à l’heure actuelle, il y aurait très peu de locuteurs de la langue shiwilu ; cependant, la perte progressive de la langue originale n’a pas entraîné la perte de leur identité.

Au contraire, le processus de renforcement de leur identité est remarquable, il s’est manifesté dans les années 1990 avec la création d’une troupe de théâtre, afin de présenter des œuvres basées sur la tradition orale Shiwilu et avec la formation de la Fédération des Communautés Indigènes Jeberos, explique la résolution dans El Peruano. 

Les documents historiques mentionnent que Jeberos était la capitale des Maynas et que, depuis sa fondation, les Espagnols et les religieux qui arrivèrent dans cette région entretenaient une relation cordiale et une coopération avec le peuple Shiwilu. Beaucoup de leurs expressions religieuses actuelles sont liées aux fêtes catholiques, en raison de la forte influence des missions.

Selon des études techniques spécialisées, la langue shiwilu fait partie de la famille linguistique Cahuapana ou Kawapana, qui est composée de deux langues : le shiwilu et le shawi, aussi connus sous les noms de Jebero et Chayahuita, respectivement. Ses plus de 25 000 locuteurs vivent, selon les chiffres du ministère de la Culture, dans les provinces de Alto Amazonas et Datem del Marañón (Loreto).

On les trouve également dans la province de San Martín, dans le département du même nom, le Shawi étant le plus important en termes de mots.

La résolution explique également que la langue shiwilu,  » en plus d’avoir une structure grammaticale complexe et unique et d’avoir développé des phonèmes particuliers, conserve les connaissances du peuple shiwilu sur la musique, l’agriculture, l’astronomie, la santé, les pratiques artisanales « , entre autres connaissances traditionnelles.

La langue conserve également un ensemble d’histoires de tradition orale qui, ces dernières années, ont été récupérées et documentées à la fois en shiwilu et en espagnol.

traduction carolita d’un article paru sur le site Servindi.org le 1er juillet 2016

Declaran Patrimonio de la Nación a lengua del pueblo originario Shiwilu

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :