Les indigènes Lengua (Enlhet et Enxet)

Publié le 12 Août 2018

Aire culturelle : Gran Chaco (Amérique du Sud).

Langue : Enlhet : Enlhet apayvaam ; Enxet : Enlhet apeevaa, tous deux de la famille Enlhet-Enenlhet (Maskoy).

Auparavant, ils étaient traités comme un seul groupe : les indiens Lengua. Les travaux d’Ernesto Unruh et Hannes Kalisch à la fin du 20ème siècle ont déterminé que les groupes du nord et du sud, avant de parler deux dialectes d’une seule langue, l’ont fait avec deux langues différentes, bien qu’étroitement liées, nous pouvons alors distinguer l’Enlhet au nord, et l’Enxet au sud.


Habitat : Les ancêtres des peuples Enlhet et Enxet vivaient à l’intérieur du Chaco. Le territoire comprenait le fleuve Paraguay (est) et environ 200 km à l’ouest jusqu’à environ 60° 20′ ouest, Puerto Casado (La Victoria) au nord – une région qui était également visitée par d’autres groupes linguistiques maskoy – et le fleuve Montelindo au sud, couvrant une partie des départements actuels de Presidente Hayes, Boquerón et Alto Paraguay. La région est une vaste plaine alluviale de faible relief qui prend naissance sur les rives du fleuve Paraguay et s’élève légèrement vers l’ouest. Le système hydrographique est insignifiant, temporaire, avec un canal irrégulier, qui prend de l’importance pendant la saison des pluies.

L’occupation s’est faite à travers un vaste réseau de villages permanents et temporaires reliés par divers liens de parenté et d’échange.

Après la guerre du Chaco (1932-1935), les missionnaires mennonites et anglicans sont arrivés sur le territoire, les premiers se sont installés au nord parmi les Enlhet, les anglicans parmi les Enxet. Bientôt, ces villages ont vu leurs terres usurpées ; en 1950, pratiquement tout le territoire était divisé entre les estancias et quelques terres mineures achetées par les colons.

Aujourd’hui, quelque 15 000 membres sont dispersés parmi ceux qui cherchent un chemin d’autodétermination dans leurs territoires traditionnels et ceux qui se sont joints aux colonies sur les plans économique et culturel.

Indios Lengua (Enlhet y Enxet)

Antes se los trataba como un solo grupo: los indios . Los trabajos de Ernesto Unruh y Hannes Kalisch de finales del siglo XX, determinaron que los grupos norte y sur, antes de hablar dos dialectos …

https://pueblosoriginarios.com/sur/chaco/lengua/lengua.html

Kilyikhama et Aphangak, esprits dans le monde des ombres

Les kilyikhama sont des êtres spirituels supérieurs, d’influence maléfique ; ils ne sont pas confinés dans un lieu particulier, le temps et la distance ne les affectent pas, où qu’ils soient, à tout moment – surtout la nuit – ils peuvent apparaître et exercer leurs pouvoirs.

Kilyikhama « Kilyikhama », grand et mince avec beaucoup de membres et des yeux flamboyants. Si un Lengua se perdait dans la selva, il devenait fou de peur de rencontrer ces apparitions.

Il y a plusieurs caractéristiques. L’un d’entre eux, qui fréquente les marais, les rivières et les lacs, est blanc et a été vu naviguant sur les eaux. C’est l’un des plus redoutés, et la nuit on peut entendre ses sifflets bruyants. Pour se protéger de l’esprit de l’eau, ils utilisent une coiffe de plumes spéciale.

Un autre a l’apparence d’un garçon d’environ douze ans, avec deux lumières brillantes de chaque côté de sa tête. Il est considéré avec le plus grand respect pour la terreur qu’il cause.

Il y a un voleur kilyikhama, quand quelqu’un perd quelque chose – même par sa propre négligence – ce vol lui est attribué. La liste est longue, le plus grand et le plus terrible de tous, est dans le voisinage de la forêt ; d’une hauteur immense, extrêmement mince et avec des yeux enflammés comme des boules de feu, sa rencontre annonce la mort immédiate.

Ils vivent dans la peur constante de ces êtres surnaturels, qui étaient parfois utilisés par les chamans pour mener à bien leurs actions.

Kilyikhama « Kilyikhama », grand et mince avec beaucoup de membres et des yeux flamboyants. Si un Lengua se perdait dans la selva, il devenait fou de peur de rencontrer ces apparitions. Décalcomanie d’une gravure réalisée sur une calebasse

Ils parcourent le corps quand l’homme rêve, leur désir est de prendre possession d’un corps humain, soit par contact direct, soit par le sommeil, en entrant dans la place de l’âme. Pour les Lengua, le temps du sommeil est un moment dangereux, le corps n’est qu’un instrument entre les mains de l’âme, les rêves sont une déclaration de la volonté de l’âme, qui pourrait sortir par la poitrine pour satisfaire ses désirs en toute liberté, un moment que le kilyikhama attendait pour entrer dans le corps.

L’Église anglicane, en tant que stratégie, a accepté la croyance en partie, l’associant aux anges déchus, en gardant le mot kilyikhama dans sa catéchèse.

Les Aphangak sont les esprits des morts au pays des ombres. Ils restent dans la même tribu et exercent les mêmes activités que lorsque le corps était vivant, mais dans un état éthéré. Ils conservent la même condition physique et le même caractère qu’ils avaient quand ils sont morts, donc si un homme tue un autre homme du même groupe, il est exécuté pour le crime, son corps est brûlé et les cendres dispersées au vent, de sorte qu’il ne peut pas se mélanger avec les esprits de sa famille, ni jouir de relations sociales.

Alors que les Kilyikhama tentent d’une manière ou d’une autre de prendre possession d’un corps, les Aphangak ne s’intéressent pas aux vivants, et ils ne mentionneront pas leurs noms et feront de leur mieux pour les oublier.

traduction carolita du site Pueblos originarios.com

Kilyikhama y Aphangak, espíritus en en mundo Lengua de las sombras.

Articles complémentaires

Le peuple Enlhet

Le peuple Enxet

%d blogueurs aiment cette page :