Pérou : La culture Recuay

Publié le 14 Novembre 2014

Pérou : La culture recuay

Culture pré-inca qui s’est développée dans la zone montagneuse du Pérou dans le département d’Ancash actuel de 200 à 600 après JC .

On pense qu’il s’agit d’une extension de la culture de Chavin.

L’influence de Chavin se retrouve dans l’architecture (utilisation de galeries souterraines) et dans la sculpture (représentation de la tête et des linteaux billes sur les reliefs des stèles).

CC BY-SA 2.5, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=1385612

Organisation politique

L’hypothèse émise est que l’autonomie recuay relevait de l’unité politique mochica. On pense que la société était dirigée par une caste militaire alliée à un culte (théocratie) avec un leader politique ou un prêtre-guerrier en l’occurrence. Leur haut degré de militarisation à dû faire qu’ils étaient sans cesse en conflit avec leurs voisins. Par exemple avec les moche avec lesquels ils devaient partager les mêmes points d’eau.

L’économie reposait sur l’agriculture et l’élevage de camélidés (lamas, alpagas) pour la viande et le cuir. Ils élevaient aussi des porcs gradés dans des parcs.

Pérou : La culture recuay
image Sailko

Artisanat

Il est important au niveau du travail de la pierre en sculpture et maçonnerie, un héritage de la culture chavin.

Elles sont souvent( constituées de dalles de pierre de taille en forme de prisme ou statuaire sculpté en haut et bas relief, incisé dans la pierre représentant des guerriers, des chats, des serpents, des têtes humaines, des visages, des têtes-trophées, des bols sur pied…..

Pérou : La culture recuay
Pérou : La culture recuay
image monolithe recuay Simon chara

Le monolithe Recuay

C’est un rocher de forme presque cylindrique, sculptés pour représenter des guerriers de l’élite. L’expression est rigide, les jambes croisées ou en position assise, portant une massue, une tête bouclier ou une tête-trophée. D’autres monolithes représentent des femmes vêtues de longues capes ou portant des tresses à capuchon. C’étaient des sculptures à la fonction architecturale d’ornement.

Pérou : La culture recuay
image Daderot

Textiles

Ils fabriquaient des textiles aux tissus complexes et aux motifs liés à ceux des poteries : fond crème , teintes brunes ou rouges, motifs figuratifs ou géométriques.

Pérou : La culture recuay

Céramique

Elle subit plutôt les influences de la culture cajamarca et de la culture moche (usage de l’anse-étrier)

L’argile kaolin leur permettait d’obtenir une belle poterie de couleur blanche après cuisson.

On note plusieurs caractéristiques :

Pérou : La culture recuay
Pérou : La culture recuay
image paccha – Simon chara

– la diversité des formes sculpturales , des expressions ce qui n’atteint pas malgré tout le niveau des mochica

– la variété des motifs peints sur la base de motifs géométriques et figuratifs

– les pacchas, des pots de cérémonie à bec verseur horizontal surmonté de petites scènes cérémonielles à plusieurs personnages.

– La technique de la peinture négative est maitrisée avec prédominance du félin stylisé.

Les motifs picturaux représentant des chats, des serpents, des êtres anthropomorphes des créatures mythiques stylisées (félins à plumes), des formes géométriques linéaires.

Les motifs sculptés représentent des personnages mythiques, des guerriers-prêtres mythiques avec différentes coiffures.

Architecture

Plusieurs bâtiments

 Les bâtiments municipaux : maisons de pierre taillée partiellement (une à quatre chambres avec communication donnant sur une cour) Maisons souterraines composées d’une cour , d’une cuisine et d’une chambre à coucher (à Catac, Tasse et Tambo)

– Les bâtiments militaires : ce sont des sites fortifiés de forme irrégulière avec des murs d’enceinte, des parapets et des tranchées. On y a trouvé des haches, des projectiles, des pointes. Les sites fortifiés étaient judicieusement situés permettant un contrôle visuel sur les champs et les chemins.

 Les bâtiments funéraires : ce sont les plus évolués de la région andine. Mausolées de pierre (Molleurco, Catayoc, Pashash), des tombes construites comme des galeries souterraines de longueur variable entre 7 et 20 mètres, hautes d’un mètre environ, des structures individuelles ou collectives en fonction de la classe ou du rang du défunt.

Dans les sépultures ont été trouvées des offrandes disposées autour du corps des morts.

– Les édifices religieux : temples en pierre de taille avec une grande cour ouverte à l’extérieur. Ils étaient utilisés comme chambres funéraires souterraines.

Pérou : La culture recuay
image Yayno – Albertcp23

Les sites archéologiques

– Tasse : près de Carhuaz. C’était probablement le centre de la culture recuay.

– Pashash : situé stratégiquement près de la ville de Cabana . Un mur épais entourait le bâtiment.

– Yayno : ancien centre ville présentant d’impressionnantes fortifications qui avaient pour but de se protéger mais aussi de garder les groupes séparés à l’intérieur.

Pérou : La culture recuay
enceinte de Yayno ci-dessous Albertcp23
Pérou : La culture recuay
temple Willkawayin – Rio.Negro

– Willkawayin : le plus important site de la culture recuay représenté par un ensemble de bâtiments .Il se situe dans la callejon de Huaylas à sept kilomètres de Huaraz, à 3400 mètres d’altitude. Centre administratif de la culture huari, il semble que son origine soit plus ancienne et en lien avec la culture recuay. C’est peut-être la dernière capitale de la culture recuay avant qu’elle ne soit conquise par les huaris.

Le bâtiment principal fait 9 mètres de haut et faisait partie d’un complexe urbain.

source : wikipédia en espagnol

Article complémentaire

Les civilisations pré-incas

%d blogueurs aiment cette page :