Le peuple Secotan

Publié le 24 Février 2019

Leurs territoires s’étendaient du détroit d’Albemarle à la rivière Pamlico et de l’île Roanoke au territoire de Beaufort, bien qu’il soit le plus grand de tous les groupes algonquins de la côte de la Caroline, il n’était pas le plus grand, mais il y avait au moins huit grands villages, deux dans l’est du détroit de Pamlico, deux au sud de l’estuaire Albermale et quatre à l’ouest du lac Mattamuskeet.
Ils furent avec les Pamlicos le premier contact des Amérindiens avec les Anglais, en 1584, lorsque deux navires de reconnaissance envoyés par l’Anglais Sir Walter Raleigh, qui avait une permission royale de la couronne britannique pour explorer des terres « païennes » qui n’appartenaient à aucun roi chrétien, atteignirent l’île de Roanoke.

La rencontre est amicale, et une relation commerciale commence, les Secotan échangent des articles en cuir, corail, viandes, poissons, fruits et légumes ; par des objets en fer anglais, surtout des haches.

En 1585, John White, membre de l’expédition de Raleigh, revient de « Virginie » avec ses dessins (voir images) de ce qu’il appelle le « Paradis » et deux ans plus tard, le 22 juillet 1587, il y retourne avec 115 hommes, femmes et enfants britanniques, et établit une colonie anglaise sur l’île de Roanoke, dont le chevalier et dessinateur deviendra gouverneur.

White a voyagé en Angleterre à la recherche de provisions, en raison de la guerre entre l’Espagne et l’Angleterre, il ne pu revenir que le 18 août 1590, il n’a seulement trouvé que les restes d’une forteresse, qui avait été pillée et abandonnée. Les habitants avaient disparus sans laisser de traces, parmi eux sa fille et Virginia Dare, sa petite-fille, le premier bébé anglais né sur le nouveau continent, qui a donné naissance à la légende connue sous le nom de « Colonie perdue de Roanoke », White est revenu en Angleterre convaincu qu’il était impossible de coloniser une telle terre sauvage ; certains auteurs pensent que c’était faux, les colons auraient rejoint volontairement ou non d’autres tribus dans cette région. Aujourd’hui, les études d’ADN cherchent à déterminer les descendants possibles des colons.

Il y avait un conflit insurmontable : la propriété foncière. Les colons anglais sont arrivés avec l’intention d’être propriétaires, les indigènes étaient semi-nomades, au printemps et en été ils vivaient dans leurs villages pour cultiver leurs récoltes, en hiver ils chassaient dans les forêts, pour eux la terre était un espace commun.

Non loin de l’endroit sur les terres de la domination Powhatan, les colons anglais trouveront en 1607 Jamestown, le premier établissement anglais réussi en Amérique.

Les Secotan décimés par les guerres et les maladies introduites par les Anglais, disparaissent en 1718 des archives historiques, avant que les Tuscarora ne viennent dominer la région, pour migrer en 1722 vers le nord pour rejoindre la Confédération iroquoise.

Cuisinant
Les indigènes Secotan préparent un ragoût de maïs, de viande et de poisson.
Illustration de Teodoro de Bry (1590).

Illustrations de John White

Portrait d’un natif

Dans une pose semblable à celles de l’Europe de la fin du XVIe siècle, White présente le natif en costume de chasse ou rituels.
Le corps est peint mais pas tatoué. Il porte des colliers et des bracelets de cuivre, un bracelet le protège pour tirer des flèches. Sur son dos, il porte le carquois. Sa tête rasée ne laisse qu’un cimier orné de plumes.

Village Secotan

Le maïs, une culture de base parmi les maisons du village. Tout le long de la côte est, les Indiens ont défriché les parcelles avec des outils en pierre et planté des jardinières.

Danse du maïs

A la mi-juillet, ils célébraient un rituel à l’occasion de la récolte du maïs. Dix hommes et sept femmes dansent autour de poteaux avec des têtes humaines sculptées, représentant peut-être des divinités. Au centre, trois femmes s’embrassent. Ils portent des tuniques sur leur corps tatoué, les hommes se sont rasés la tête, sauf au centre où ils portent des plumes. Ils utilisent des hochets et des branches pour produire de la musique.​​​​​​​

La manière de pêcher

L’illustration représente les trois méthodes de pêche autochtones. 
Le jour, ils pêchaient à la lance, la nuit, avec des canots dans lesquels ils allumaient des feux pour attirer les poissons, à gauche, avec des pièges.

Baptême de Virginia Dare

Premier bébé de parents anglais né en Amérique (18 août 1587). Petite-fille de John White, son destin comme celui des autres habitants de la colonie de Roanoke est un mystère.
Lithographie de 1876.

Retour de John White

Le 18 août 1590, John White retourna à la colonie de Roanoke , elle avait été pillée et abandonnée, il ne trouva que le mot CROATOAN gravé sur un arbre.

traduction carolita du site Pueblos originarios.com

Secotan

%d blogueurs aiment cette page :