Brésil : Le peuple Xukuru-Kariri

Publié le 5 Juin 2020

Plus de photos en suivant ce LIEN

Peuple autochtone du Brésil vivant dans les états d’Alagoas et de Bahía. Les personnes actuellement appelées Xukuru-Kariri portent ce nom en raison de la coexistence de deux groupes ethniques, les Xukuru et les Kariri, tous deux présents jusqu’à aujourd’hui dans le nord-est du Brésil.

Population : 1471 personnes (2014)

Langue : portugais

Terres indigènes

  • T.I Fazenda Canto – 372 hectares, 1294 personnes, réservée. Etat d’Alagoas.
  • T.I Mata da Cafurna – 117 hectares, 391 personnes, réservée. Etat d’Alagoas.
  • T.I Quixabá – 16 hectares, 126 personnes, réservée. Etat de Bahía.
  • T.I Xukuru Kariri – 7033 hectares, 1318 personnes, déclarée. Etat d’Alagoas. Ville : Palmeira dos Indios.
palmeira dos indios alagoas Por Darlan P. de Campos – Image:Alagoas MesoMicroMunicip.svg, Raphael Lorenzeto de Abreu, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=1044528

Image

Les villages indigènes, en particulier ceux du nord-est, regroupaient dans un même espace plusieurs nations et tribus et, à Palmeira dos Indios, les groupes « Xucurus » et « Cariris » étaient majoritaires. L’origine des Cariri a été attribuée à plusieurs groupes survivants qui se sont mélangés avec les Wakóna et les Carapotó dans cette région d’Alagoas. Les survivants des Wakóna ou Aconã de la serra Cafurna, à Palmeira dos Índios, ont reçu le nom de Shucuru-Kariri en 1938. (Doria, 2008)

« La plus ancienne référence aux indiens Xucuru de Palmeira dos Indios se trouve dans un document, appartenant aux archives paroissiales du diocèse de Palmeira dos Indios, intitulé « Histoire de Palmeira », écrit par le vicaire José de Maia Mello, curé de la paroisse locale entre 1847 et 1899, probablement en 1879. Selon lui, les indiens Xucuru ont migré du village de Simbres (Cimbres, actuelle municipalité de Pesqueira), Pernambuco, en 1740, en raison de la grande sécheresse qui s’est abattue sur tout le Nord-Est. Les Cariris seraient plus tard venus du village de Colégio de São Francisco (aujourd’hui municipalité de Porto Real do Colégio), le groupe ethnique connu sous le nom de Waconã (du rio São Francisco) ». (Dória, 2008)

« L’ancien territoire indigène de Palmeira dos Indios avait une caractéristique bien définie, composée d’une partie de terrain plat et d’une autre accidentée qui comprenait les montagnes qui caractérisent la municipalité aujourd’hui. C’est dans ce paysage naturel que les Xucuru-Kariri agissent jusqu’à aujourd’hui pour assurer leur subsistance, basée sur le travail rural. En actualisant cette caractéristique pour la répartition professionnelle vérifiée aujourd’hui, les parties les plus plates de la municipalité sont aux mains de non-indiens, divisées en fermes consolidées de plus grandes dimensions ». (Doria, 2008)

En 1759, année de l’expulsion des Jésuites, « le Secrétariat du gouvernement de la Capitainerie du Pernambouc a publié un règlement de 117 paragraphes, basé sur les permis de 1755 et 1758. Le permis a aboli le rituel du jurema, la nudité, l’utilisation de la langue geral ou de la langue propre de leurs nations, et même les huttes devaient être remplacées par des maisons de type colonial/portugais. Un contrôle strict était exigé des indiens qui désertaient ou cherchaient refuge dans les bois. (Doria, 2008)

traduction carolita de l’article sur le peuple Xukuru-Kariri du site pib.socioambiental.org

Xukuru-Kariri

Un avis sur « Brésil : Le peuple Xukuru-Kariri »

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :