Brésil : Le peuple Xukurú

Publié le 17 Mars 2018

chief Marcos Luidison de Araújo De Ricardo Stuckert/PR – http://www.agenciabrasil.gov.br/media/imagens/2007/01/02/2027rs01.jpg/view, CC BY 3.0 br, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=3195677

Peuple autochtone habitant la Serra do Ororubá dans l’état de Pernambuco au Brésil.

Ils sont mentionnés comme peuple dans les registres au XVIe siècle et leur occupation de la région résulte des transformations dues aux violents processus d’expropriation de leurs terres.

Le vieux village de Cimbres, aujourd’hui le village Xukuru a subi de violents conflits entre les Xukuru et les colons portuguais.

Des villages se sont éteints et des terres appropriées par les agriculteurs.

Un long conflit entre les Xukuru, les agriculteurs et les politiciens locaux s’est engagé depuis en particulier dans le cadre du processus de démarcation des terres en 1989. Les relations avec les voisins non indigènes sont marquées par les différents au sujet de la création du territoire autochtone car cela met en jeu le déplacement des non indigènes.

Un chef important Xukuru est assassiné et deux autres Xukuru ainsi qu’un avocat dans les années 1990 pour entraver la progression du processus de régularisation de la Terra Xukuru.

image

L’importance du territoire et la cosmovision

Sur ces terres ils réalisent leurs rituels religieux consacrés à la terre-mère. C’est un endroit magique où ils entrent en contact avec les esprits de la nature.

La manifestation principale de la cosmovision Xukuru est le toré.

image

Les dalles de pierre

Des dalles de pierre entrent dans leur cosmovision avec une grande importance. Ce sont de grandes pierres lisses où sont effectués les rituels. Certaines pierres sont spéciales et considérées comme des lieux de présence des esprits magiques.

Pedra do Dinheiro est située dans le village de Cajuiero sur une colline. Elle a la forme originale d’un calice et certains ont essayé de la déplacer en dynamitant mais sans succès. Ce qui leur fait penser qu’elle est bien la protectrice d’esprits de la forêt.

La pierre du conseil est de forme lisse et plate. A la veille de la fête de la St Jean c’est ici que se déroulent les moments les plus importants de la vie rituelle.

Il y a d’autres pierres dont la plaque de Patreká, la dalle de Crajeú, la pierre du roi….

Le calendrier des évènements les plus importants a été créé, répertoriant les dates liées aux partis, aux reprises des terres et aux hommages aux principaux leaders.

Les 3 causes s’entremêlent dans l’univers symbolique des Xukuru.

Les festivals les plus importantes sont la fête des rois, la fête de la st Jean et la fête de Mère Tamain.

image serra do oruba

Brésil : Le peuple Xukurú

image

Langue : éteinte et mal renseignée. Ils parlent à présent le portugais et connaissent des mots du lexique faisant référence à l’ancienne langue indigène.

Population : 2720 personnes

Autre orthographe du nom : Xucuru

Territoire

Serra do Ororubá, 20 villages

Le territoire connaît une hydrologie privilégiée avec un grand nombre de rivières, Ipanema, Ipojuca entre autres sur leurs terres. Ces terres de ce fait sont très fertiles.

La Serra do Ororubá est une chaîne de montagnes d’environ 1000 mètres d’altitude.

Certains Xukuru vivent dans la ville de Pesqueira, dans les quartiers « xucuru » et « caixa d’agua »

Terres indigènes

  • T.I Xucuru – 27.555 hectares, 7672 personnes, réserve homologuée. Villes : Pesqueira, Poção.
  • T.I Xukuru de Cimbres – 12.006 hectares, 1666 hectares, réservée. Villes : Pesqueira, Venturosa, Pedra.

Mode de vie

Ressources

Ils vivent de l’agriculture dont la culture de bananes, haricots, manioc, maïs et légumes ainsi que de l’élevage de vaches laitières et de chèvres.

Le surplus de leur production est vendu sur le marché ou la foire de Pesqueira tous les samedis, jour consacré aux marchands indigènes.

image

La lutte pour la reconnaissance du territoire

En 1988 un conseil de représentant des villages est constitué et composé de 24 personnes qui sont convoquées par le cacique, ainsi que d’autres dirigeants comme le chamane.

En 1992 est créée une commission composée de 13 dirigeants choisis par le chef Xicão, le chaman et le conseil des représentants. Ce comité a l’autonomie pour discuter et résoudre les problèmes les plus urgents afin de faciliter la prise de décision.

La « reprise des terres occupées par des non indiens » était d’une grande importance pour mobiliser et organiser la communauté et attirer l’attention des entités venant en aide aux indiens.

Les impacts de ces mouvements sont visibles dans différentes sphères et décisions.

Une autre action a été la mobilisation des enseignants autochtones du département municipal de l’éducation pour mettre en œuvre une éducation autochtone différente.

D’autres actions ont été menées dans le domaine de l’art, avec la jeunesse indigène (théâtre, vidéos) afin de rendre visible le groupe ethnique.

Source : ISA (instituto socioambiantal) travail de Vânia Fialho, anthropologue et de Rita de Cássia M. Neves, docteur en anthropologie

Historique du contact

Publié le 19 Septembre 2020

image

On trouve des références historiques sur les Xukuru depuis le XVIe siècle. Cependant, la plupart des documents disponibles ont été produits par les administrateurs coloniaux, les autorités locales, et sont basés sur des références à l’invasion des terres Xukuru. En plus de ces documents, nous avons quelques récits de voyageurs et des références d’ethnologues – tels que Nimuendaju, qui les présente sur sa carte ethnographique traditionnelle, et Hohenthal, dans un article publié en 1958 sur les Xukuru.

Le 25 juin 1654, le roi João IV du Portugal a signé un permis de concession de terre pour le noble João Fernandes Vieira :

« De la sesmaria de dix lieues de terre en rond, du dernier habitant aux parties de Santo Antão, dans le Pernambouc ».

(Barbalho, 1977).

Ce fut le premier moment où l’expulsion des terres des Indiens de l’arrière-pays d’Ararobá, dans le Pernambouc, eut lieu officiellement. Ararobá, selon Maciel (1980), était la désignation d’une des tribus primitives de la serra  Ororoba. En outre, Ararobá était aussi la dénomination d’une sesmaria de vingt lieues, de Garanhuns. Les indigènes appelaient Urubá le village qui s’est établi au sommet de cette chaîne de montagnes. Toujours selon Maciel – citant Alfredo de Carvalho – l’urubá est corrompu par uru-ibá (un type de volaille qui existait dans les montagnes). Urubá est devenu Ararobá, puis Ororubá. Officiellement, le village qui s’y installa s’appelait Monte Alegre et devint ensuite Cimbres.

Aujourd’hui, la chaîne de montagnes où vivent les Xukuru s’appelle Serra do Ororubá. Les Xukuru sont mentionnés dans les orthographes anciennes comme Sukuru, Xucuru, Shucuru ou même Xacururu, et selon Hohental (1958), la première mention remonte à 1599 environ, dans la version Xakurru. Estevão Pinto (1935-1938), lors de la classification des indigènes du Brésil, a déclaré que les Sucurús appartiennent au groupe linguistique Cariri.

Par un processus lent et continu, les terres d’Ororubá, appartenant aux Xukuru, ont été prises et transmises aux nobles portugais. Les innombrables documents de la colonisation attestent de cette invasion, ayant le village de Cimbres, aujourd’hui Aldeia Cimbres, comme un lieu important où se sont produits le plus fortement les affrontements entre les Xukuru et les colonisateurs. En conséquence de la politique indigéniste adoptée dans l’annuaire de Pombaline et visant à une plus grande occupation du territoire indigène, l’établissement de colons par le biais de mariages mixtes a été encouragé. La reconnaissance de l’identité indigène des Xukuru a été progressivement entravée par l’influence des nouvelles relations de parenté établies par le mariage entre les Xukuru et les autres groupes humains qui s’y sont installés : Indiens d’autres groupes ethniques, colons noirs et blancs.

Les terres habitées par les Xukuru, selon la tradition orale du groupe et les différentes sources historiques existantes, couvraient la Serra do Felipe, la Serra da Aldeia Velha, la Serra do Aió, la Serra do Mají (Pedra Furada), le Poço do Mulungu, la Serra Isabel Dias, la Serra da Gangorra, la Serra da Ventania ou la Serra do Vento et derrière la Serra do Felipe, dans un périmètre d’environ 40 lieues. En termes actuels, ce territoire comprendrait, dans une direction est-ouest, de Brejo da Madre de Deus (Pernambouc) à la proximité d’Arcoverde (PE), et dans une direction nord-sud, de la région limitrophe des États de Paraíba et de Pernambuco à Pedra Serrana dans la municipalité de Pedra/PE (Atlas, 1993).  Des documents officiels du gouvernement du Pernambouc, au milieu du XVIIIe siècle, soulignent que la colonisation de la région où se trouvent les Xukuru a commencé à partir du village de Cimbres, un lieu autrefois appelé village d’Ararobá, qui a servi de point de catéchèse à plusieurs groupes indigènes locaux pendant environ deux siècles. En 1836, le siège du village de Cimbres a été transféré au village de Pesqueira qui, selon l’histoire orale du xukuru, était un lieu de pêche traditionnel pour ces Indiens.

Le village d’Ararobá, qui a donné naissance au village de Cimbres, également connu sous le nom de Nossa Senhora das Montanhas, a été fondé en 1669. Selon Valle (1992), ce village est également habité par la suite par d’étranges habitants. Grâce à son climat favorable et à l’abondance de l’eau, il devint prospère et fut élevé au rang de paroisse en 1692 par l’évêque Matias de Figueiredo e Melo. L’église de Nossa Senhora das Montanhas y a été installée en 1692 et est devenue la première matrice dans le désert du Pernambouc.

Le village d’Ararobá avait également un nom donné par les jésuites, Monte Alegre, mais lorsque le village a été créé en 1761, il a reçu le nom de Cimbres, qui reste encore, selon certains, en souvenir d’un village du même nom au Portugal, selon d’autres, signifiant dans la langue indigène « lieu d’enseignement » (Maciel, 1977). En réalité, Cimbres a été un lieu d’enseignement donné par les blancs aux indiens pendant environ deux siècles. Au début, c’était la catéchèse des indiens par la Congrégation de Saint Philippe Neri ou l’Oratoire de Madre de Deus ; au XIXe siècle, il y a eu un projet d’installation d’un établissement d’enseignement professionnel, le « Collège des Indiens d’Urubá ».

En 1813, il est fait référence à l’existence de 245 Indiens « Shucurú » dans ce lieu. Ce document représente une pétition du gouvernement provincial de Pernambuco, déclarant que le village de Cimbres était trop pauvre pour nourrir les indiens susmentionnés et exigeant que la tutelle gouvernementale des aborigènes soit fermée parce qu’ils étaient capables de vivre par eux-mêmes (Hohental, 1958).

Le 13 mai 1836, la loi provinciale numéro 20 changea le siège de ce village en Povoação de Pesqueira, qui devint la catégorie de village et chef de file du terme, donnant une autre direction à l’histoire de cette région. Selon la tradition orale des Xukuru, le nom « Pesqueira » lui-même provient des lieux de pêche indiens, ces derniers étant situés à proximité de l’endroit où se trouvait la fabrique de roses, au centre de la ville de Pesqueira.

De nombreux autres documents informent sur l’administration du village de Cimbres. L’une d’entre elles, datée de 1879, traite de la plainte déposée par la représentation de ces Indiens selon laquelle le directeur local louait des terres du village alors qu’ils s’étaient retirés du site en raison de la sécheresse.

Avec la promulgation de la loi 601 de 1850, qui visait à réglementer l’administration des terres vacantes de l’Empire, les cas conflictuels dus à l’occupation des terres indigènes ont énormément augmenté. L’objectif premier de cette loi « était de moderniser l’agriculture et de promouvoir l’occupation des terres encore non cultivées. Cependant, l’exigence de délimitation et de titrage des terres, pour la reconnaissance des droits de propriété, rend vulnérables celles occupées par les groupes indigènes, car ces mesures ne sont pas compatibles avec leurs paramètres conceptuels de territorialité.  

L’extinction de nombreux villages est due au manque de respect du gouvernement provincial pour les droits des indiens. Les indiens, sans prêter attention à la nécessité de recourir aux mesures légales requises et sans conditions pour faire pression en faveur de la garantie de leurs droits, ont vu leurs terres enregistrées au nom des agriculteurs.

En 1873, sur les sept villages du Pernambouc étudiés par la Commission constituée par le Président de la Province du Pernambouc, seuls Cimbres et Asunción n’étaient pas considérés comme éteints. A cette occasion, la possibilité de transférer des indiens de villages éteints pour s’y installer a même été envisagée. Cependant, l’objectif du gouvernement de préserver les deux villages était éphémère, car le 25 janvier 1879, il fut déclaré l’extinction de Cimbres et ses terres furent remises à la Chambre Régence de Cimbres, pour être redistribuées comme vente ou cession à des étrangers ; mais cela n’impliquait pas que les Xukuru perdraient leur droit à la terre. Cependant, la population non indigène de Cimbres e Pesqueira l’a interprétée de cette façon, accentuant la dispersion des terres indigènes. En réalité, l’extinction des villages a seulement signifié que la figure juridique du « village » n’existait plus et que la tutelle gouvernementale des Indiens était terminée.

Bien que l’extinction de l’Aldeamento de Cimbres par la Province n’ait eu lieu qu’en 1879, le conflit entre les indiens d’Ararobá et la société environnante avait déjà provoqué l’extinction du village par la Municipalité de Cimbres Village en 1822 et toutes les terres des Indiens revenaient au patrimoine de la Municipalité. Comme si cela ne suffisait pas, en 1824, une force autorisée par le gouvernement fut formée, provenant d’un groupe de guérilla du village et d’une compagnie des ordonnances de Moxotó, pour abattre les indiens, en alléguant des vols et des meurtres commis par les indigènes.

La délimitation des terres du village a été constamment demandée par les indiens, lors des dénonciations des squatters et de la location de la zone. Cependant, la délimitation du territoire Xukuru n’a été réalisée que dans les années 80 du 20ème siècle, lorsque ces indiens se sont à nouveau mobilisés pour sa réalisation.

traduction carolita d’un extrait de l’article sur le peuple Xukuru du site pib.socioambiental.org

Xukuru

Articles complémentaires

La CIDH condamne le Brésil pour avoir violé les droits du peuple Xucuru – coco Magnanville

%d blogueurs aiment cette page :