Zone culturelle de la Confluence (sous-zone Amérique centrale)

Publié le 25 Octobre 2018

Situés de l’ouest du Honduras au Panama, ses territoires étaient un pont culturel entre la Méso-Amérique et l’Amérique du Sud.

Cultures de la zone

Culture Barriles

Borucas (Brunka)

Bribri

Cabecar

Caribisi (Kiribie)

Chorotega (Mangue)

Diquis

Embera

Guaymí (Ngäbe-Buglé)

Huetar

Kuna (Dule/Tule/Guna)

Maleku (Guatuso)

Matagalpa

Mayangna (Sumo)

Miskito

Naso (Teribe /Terraba)

Niquarao (Nuquirano)

Pech (Paya)

Pipiles

Rama

Subtiaba (Maribio)

Tawahka

Wounaan

Sites

Ciudad Blanca ou Dieu Singe : Ville ou Civilisation Perdue ?

Sphères mégalithiques du Diquis

A la fin de la période classique, vers 900 après J.C., les avant-postes méridionaux des hautes cultures méso-américaines arrivèrent au sud du Nicaragua, avec un territoire très fertile et riche en faune qui pouvaient accueillir des populations nombreuses et prospères.

Entre 1 000 et 1 200 après J.C., il y a eu des déplacements de population dans le nord de l’Amérique centrale, de sorte que les groupes Nahua se sont dispersés sur l’ensemble du territoire. La région de Nicoya était contrôlée par les Chorotega et les Nicarao qui pratiquaient la culture du tabac, du maïs, du cacao et maintenaient un commerce intensif, utilisant les fèves de cacao comme devise. Ils avaient une société hautement stratifiée et leur panthéon était composé des dieux mexicains.

Du nord du Costa Rica au Panama, il y avait une mosaïque de petits groupes, sans unité politique, avec un grand groupe de langues de la famille linguistique Chibcha. Il y a eu une renaissance de l’artisanat, mettant en valeur trois régions culturelles :

Guanacaste et Talamanca Au Costa Rica, où ils ont construit autour de zones cérémonielles et de cimetières, des monticules de murs et des enclos semi-enterrés avec des murs en pierre. Ils ont également construit des aqueducs et des routes pavées. Ils avaient domestiqué des cultures de maïs et de cacao et des tapirs.
Les objets de culte, l’utilisation de hamacs et de toiles d’écorce, suggèrent des contacts avec les Arawak des Antilles.

Ils se livraient à un commerce intensif et étaient toujours dans un état de belligérance. Leur gouvernement était un système de leadership avec une classe noble puissante et un chamanisme institutionnalisé qui avait tendance à devenir une principauté despotique au moment de l’invasion européenne.

Chiriqui et Diquis Les sites archéologiques du Pacifique sud du Costa Rica ont des monticules couverts de pierres taillées et regroupés autour de places. Les tombes étaient construites de forme rectangulaire et de grandes pierres tombales étaient placées au-dessus d’elles. Ils avaient la coutume sud-américaine de vénérer les têtes en trophées. L’échange commercial était intense, ils fabriquaient une céramique simple  et une joaillerie intense, où l’or qu’ils travaillaient devait être importé. De nombreux produits artisanaux arrivèrent à Chichén Itzá, tout en maintenant des contacts commerciaux avec la péninsule de Nicoya d’où ils obtenaient le jade.

Coclé Dans la région centrale du Panama. Les sépultures ont été trouvées avec des fosses rectangulaires ou ovales et des sépultures collectives ou singulières.
Ils travaillaient l’or avec des incrustations de pierres précieuses et des céramiques polychromes. Leurs produits se trouvent dans la vallée d’Oaxaca, en Méso-Amérique.

Les villages étaient fortifiés par une palissade de bambous comme dans le Natá.

Certaines coutumes arawak ont également atteint la région, comme un terrain de balle, semblable à ceux que l’on trouve en Haïti.

Au moment de la conquête, un groupe de guerriers et de marchands mexicains, le contingent aztèque ultérieur, se trouvait sur le site.

source  Amerindia. Introducción a la etnohistoria y las artes visuales precolombinas. Cesar Sondereguer ~ Carlos Punta. Editorial Corregidor. 1999

traduction carolita du site Pueblos originarios.com

Confluencia. Subárea cultural Centroamérica. Pueblos Originarios de América.

%d blogueurs aiment cette page :