Les Iles-sous-le-Vent (Caraïbes) et les peuples originaires

Publié le 31 Août 2016

Les peuples du monde - Etat des lieux : Caraïbes Les îles ABC
Peintures indigènes arawaks à Fountein cave- Aruba
Par joyosity — http://www.flickr.com/photos/joyosity/3860060114/, CC BY 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=12422172

Archipel néerlandais du nom de Leeword islands, d’une superficie totale de 925 km2 et connu sous le nom de Caraïbes néerlandaises (caribish nederland).

Aruba et Curaçao sont des états autonomes, Bonaire une île BES ou commune néerlandaise à statut particulier. Les territoires ne forment aucune unité, ils ont en point commun d’avoir eu le même colonisateur et la langue créole.

https://www.axl.cefan.ulaval.ca/amsudant/Antilles_neerlandaisecarte.htm
Les peuples du monde - Etat des lieux : Caraïbes Les îles ABC
Monument commémorant la révolte des esclaves à Curaçao en 1795
Par Charles Hoffman from New York, United States — Monument to 1795 Slave Revolt, Landhuis Kenepa, Curaçao, CC BY-SA 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=40033623
La traite des noirs par les hollandais dans les Antilles néerlandaises

On notera que la colonisation européenne a exercé une influence déterminante sur le peuplement, la langue et la culture des antillais.

La grande majorité de la population antillaise est d’origine africaine ou mulâtre en raison du commerce des esclaves.

Cette pratique, tous les pays d’Europe impliqués dans la colonisation s’y prêtèrent aussi bien les portugais que les hollandais, français, britanniques et espagnols dans cette région du monde.

 1621 : Les hollandais s’arrogent le monopole de la traite pour le compte des espagnols grâce à la première compagnie des Indes occidentales.

– A partir de 1634 : les hollandais possèdent déjà les îles de St Martin, St Eustache, Aruba, Bonaire et Curaçao.

– 1637/1641 : Les hollandais ont chassé les portugais d’Afrique occidentale en prenant les forteresses d’Elmina (Ghana), de Luanda (Angola) et de São Tomé. Ils peuvent donc organiser pour leurs propres profits des réseaux de traite négrière et ils s’y emploieront jusqu’à l’abolition de l’esclavage en 1863.

 Entre 1734 et 1750 : le monopole espagnol de la traite des esclaves est chancelant, la traite tend à s’universaliser. Les anglais tentent de l’intercepter en leur faveur. C’est l’Europe toute entière qui participe à cette honte.

– En 1786 : selon le rapport présenté au ministère anglais des colonies, la traite atteint 100.000 africains répartis ainsi : Angleterre 38.000, France 31.000, Portugal 25.000, Hollande 4000, Danemark 2000.

Les spécialistes estiment que la traite aura déplacé entre 1511 et 1789, 40 à 50 millions de personnes.

Les hollandais importent plus d’un demi million d’esclaves aux Antilles et au Suriname.

L’île de Curaçao en reçoit la quasi-totalité et le Surinam en reçoit 37.000.

Les hollandais font partie des derniers à abolir l’esclavage en Amérique, du moins dans les Caraïbes (Angleterre 1838, France 1848, EU 1868) eux 1863. Ils importeront ensuite des immigrants dans les colonies des Antilles et du Surinam, des travailleurs sous contrats venant des Indes britanniques, d’Indonésie et de Chine.

On compte de nombreux métissages dans les colonies néerlandaises :

A Aruba : vénézuéliens, st martinois, américains

A Bonaire : anglais et américains

A curaçao : sud-américains, britanniques antillais, américains, français antillais.

Article commun aux 3 îles

Les premiers peuplements des Caraïbes (Antilles)

Les peuples du monde - Etat des lieux : Caraïbes Les îles ABC
Aruba
Par David Stanley from Nanaimo, Canada — Caribbean Sunset, Aruba, CC BY 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=24201011

ARUBA

193 km2 – 110.663 habitants – Densité 581 hab/km2

Située à l’ouest de Curaçao et au nord-est des côtes du Venezuela.

La population se compose comme suit :

Population noire 83%, latino-américains 11.4%, blancs 3.7%, asiatiques 1%.

L’île est tout d’abord peuplée d’indiens Caiquetios, une tribu arawak venue du Venezuela vers l’an 1000.

En 1499, l’explorateur Alonso de Ojeda accoste sur l’île et celle-ci deviendra très vite un repaire de pirates et de boucaniers espagnols et également un immense ranch où les espagnols produisent des chevaux, des moutons, des chèvres et des cochons.

Les espagnols n’exterminèrent pas les indigènes et leur permirent d’élever du bétail. De nombreux arubais ont des ancêtres arawaks.

Il n’y eut pratiquement jamais d’esclaves à Aruba.

Le 18 mars 1948, la couronne néerlandaise accepte le principe de l’auto-détermination pour Aruba. Cette date du 18 mars est choisie pour le jour de la fête de l’île, c’est le « jour du drapeau » accompagné d’un hymne, « Aruba Dushi terra (Aruba, terre précieuse).

Trois âges d’or de l’île (économie)

1825 – L’or

L’or est une découverte néerlandaise et donnera une certains prospérité à Aruba, l’ouverture de mines et l’afflux de chercheurs d’or.

1924 – Le pétrole

Aruba profite de sa position dans le golfe pétrolier du Venezuela et du lac de Maracaïbo pour ouvrir une raffinerie de pétrole.

Années 2000 – Le tourisme

C’est une île de choix, dite paradisiaque : stabilité politique, climat idéal, plages de rêve. Le tourisme va fournir ces années-là 35% des emplois et 31% du PIB. Les touristes sont américains, vénézuéliens, néerlandais.

Depuis : Tentative d’exploitation du système de paradis fiscal. Cela ne semble pas être une réelle réussite.

Les peuples du monde - Etat des lieux : Caraïbes Les îles ABC
CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=123250

BONAIRE

288 km2 -12.000 habitants – Densité 42 hab/km2

Du mot bonay en langue caiquetio qui désigne une terre peu élevée. Transformé en Bojnaj puis Bonaire par les espagnols et les néerlandais.

Ile située dans la mer des Caraïbes à une centaine de kilomètres des côtes du Venezuela à l’est de l’ile de Curaçao.

Elle forme une commune néerlandaise avec un statut particulier, ile BES.

90 % des insulaires sont des noirs ou des mulâtres.

La langue maternelle de la majorité de la population est le papiamento, un créole à base de portugais, de néerlandais, d’espagnol, d’anglais, de français, d’arawak et de dialectes africains.

Les peuples du monde - Etat des lieux : Caraïbes Les îles ABC
indien arawak
Par John Gabriel Stedman — Geheugen van Nederland, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=1839445

Les Arawaks habitaient Bonaire il y a environ 6000 ans. Les Caquetios, un sous-groupe Arawak est le dernier peuple à avoir habité l’île avant la colonisation.

Les premiers à aborder l’île en 1499 sont Alonso de Ojeda et Amerigo Vespucci qui revendiquent l’île au nom de l’Espagne mais cette île ne les intéresse pas vraiment. Ils obligent les Caiquetios à servir d’esclaves sur les grandes plantations d’Hispaniola. Vers 1515, l’île est considérée comme vide de ses habitants d’origine et elle sert de repères aux pirates et aux flibustiers espagnols.

Les peuples du monde - Etat des lieux : Caraïbes Les îles ABC
maisons d’esclaves à Bonaire Par V.C.Vulto — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=123261

En 1526, Juan de Ampues gouverneur de Bonaire, de Curaçao et d’Aruba commence l’élevage de bétail sur l’île. Il fait revenir des indiens Caiquetios et des Arawaks du Venezuela comme ouvriers et plus tard le bétail surpassera en nombre les hommes de l’île.

En 1633 les espagnols prennent à l’Espagne les îles ABC. Curaçao devient un centre important des esclaves. Bonaire une colonie peu peuplée, pénitentiaire, elle se transforme en une énorme plantation de la compagnie néerlandaise des Indes occidentales. Quelques esclaves travaillent à la culture du maïs et dans les salines. Les pirates hollandais font de Bonaire l’une de leurs bases vivant de contrebande avec l’Amérique et l’Europe.

Les peuples du monde - Etat des lieux : Caraïbes Les îles ABC
Par Miguelpalm — Travail personnel, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=9093773

Les peuples du monde - Etat des lieux : Caraïbes Les îles ABC
Par Original téléversé par DirkvdM sur Wikipedia anglais — Transféré de en.wikipedia à Commons par IngerAlHaosului utilisant CommonsHelper., CC BY 1.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=9056118

CURACAO

444 km2 -150.563 habitants – Densité : 335 hab/km2

Korsou en papamiento, état autonome au sein du royaume des Pays-Bas depuis le 10 octobre 2010.

C’est une île multi ethnique, elle accueille des indiens d’Amérique, des africains, des néerlandais, des espagnols, des portugais, des libanais, des personnes du Cap-Vert.

Il y a donc une grande diversité ethnique et culturelle dont le papiamento, le parler créole est un des fleurons, un des points communs entre les peuples.

La majorité de la population est d’origine africaine, descendant des esclaves noirs affranchis en 1863.

L’héritage de l’Afrique est présent dans la langue, le genre musical appelé Tambú, la cuisine et les religions.

Alonso de Ojeda nomme l’île « Isla de los gigantes » au début du XVIe siècle.

Les peuples du monde - Etat des lieux : Caraïbes Les îles ABC
indiens Caiquetios

L’île était peuplée également par des indiens Arawaks il y a environ 6000 ans et les derniers à avoir peuplé l’île avant la colonisation sont les Caiquetios , une communauté arawak qui avait quitté depuis plusieurs siècles les côtes du Venezuela pour fuir les guerriers Kali’nas (Caraïbes) et ainsi éviter les guerres.

Les îles ABC découvertes par Ojeda sont vite déclarées « inutiles » car elles ne contiennent pas d’or.

Les Arawaks sont déportés sur l’île d’Hispaniola et il ne reste plus de leurs descendants à Curaçao de nos jours.

Les portugais occupent l’île par la suite et à les laissent en 1633. Les hollandais se les approprient en 1634 et en font un des pivots de leurs entreprises commerciales avec la compagnie néerlandaise des Indes occidentales qui administre l’île de Curaçao.

Curaçao deviendra la plaque tournante hollandaise des activités esclavagistes aux Antilles car elle est bien située d’un point de vue stratégique, elle a un port naturel et les hollandais y bâtissent des forts.

½ million d’esclaves africains transiteront par Curaçao entre 1640 et 1863.

L’île reçoit également des immigrants blancs, hollandais, anglais, sud-américains, français, juifs séfarades qui fuient l’inquisition espagnole pour les Pays-bas.

La population de l’île devient très cosmopolite et au cours du XVIIe siècle s’élabore le papiamento, la langue créole qui est encore en usage aujourd’hui et dans les Antilles néerlandaises.

Curaçao était un des nombreux repaires de pirates abritant des boucaniers pendant les heures de gloire de la piraterie.

Plaque tournante des corsaires néerlandais et des marchands, leurs navires servent à la traite négrière des colonies françaises et anglaises des Iles-du-Vent et de la terre ferme espagnole.

Des langues et des hommes : Le papiamento

Les peuples du monde - Etat des lieux : Caraïbes Les îles ABC
seú

De nos jours

L’art créole est important, contemporain, surréaliste (peinture, sculpture, bijoux).

La musique

Le tambú (blues de Curaçao)

Il est créé par les esclaves noirs qui voulaient exprimer leurs frustrations et les dures conditions de leur existence. Il se joue avec un tambu (tambour), un kachu (corne de vache), un agan (morceau de fer, idiophone), un chapi (houe). Les femmes parfois accompagnent la musique en tapant dans les mains. Se danse en couple avec alternance et déhanchement.

Le seú

Danse traditionnelle effectuée dans les champs pour célébrer les récoltes et la moisson.

La tumba

Forme musicale importante à Curaçao qui est une forme de merengue avec des influences de jazz. C’est une musique jouée lors des carnavals.

La musique contemporaine

Elle est influencée par le merengue, la calypso, le reggae, la salsa, le cha-cha-cha. Elle est chantée en papiamento.

La cuisine

Elle est issue du métissage, à base de viande de porc, de poulet, de bananes et de haricots.

Quelques spécialités

Le yuana : viande d’iguane, déclinée en soupe ou sopi yuana.

Le kabritu : viande de chèvre

Le keshi yená : fromage fourré au poulet épicé.

Sunchi : meringue

Panseiku : praline

Kokada : noix de coco râpée.

Sources : axl.cefan.ulaval, wikipediahttps://www.youtube.com/embed/VnfM8WYtWOQ?wmode=transparent

%d blogueurs aiment cette page :