Peuples originaires en Alaska

Publié le 28 Février 2018

Tlingit – Par UW Digital Collections — https://www.flickr.com/photos/uw_digital_images/4971512955/, No restrictions, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=53410939

L’Alaska est situé à l’extrême nord-ouest du Canada, près de l’océan Pacifique,dont les territoires limitrophes sont le Yukon, la Colombie britannique au Canada, le kraï du Kamchatka et le district autonome de Tchoukotka en Russie.

C’est l’un des plus grands états des EU avec 1.5 millions de km2 (3 fois la France)

Sa capitale est Juneau

C’est par contre le plus petit état des EU en matière de population : 731.449 habitants (densité 0.43 hab/km2)

Les habitants qui ne sont pas locuteurs de l’anglais sont des amérindiens et les Inuits de l’Alaska.

On compte 21 langues des familles eskimo-aléoutes, pénutiennes et na-dénés.

Le Yup’ik central, le yupik sibérien, l’iñupiat comptent plus de 1000 locuteurs.

Plusieurs langues sont en voie de disparition : haïda, holikachuk, eyak, hän, bas Tanana, tanacross…)

image

Les autochtones d’Alaska sont les premiers habitants de l’Alaska dont les ancêtres ont migré dans la région il y a des milliers d’années en 2 vagues successives de peuplement (peut-être plus) et certains descendent d’une 3e vague de migration, celle de la colonisation de la partie nord de l’Amérique du nord.

Ils sont à présent répartis par le gouvernement fédéral en tribus d’Alaska, elles-mêmes réparties en 13 groupes, les Alaska Native Regional Corporations définies selon leurs groupes de langues.

En 1741 les russes arrivent par le détroit de Béring et commencent à faire du commerce avec les autochtones dans le domaine des fourrures principalement.

Les russes et les missionnaires orthodoxes installent des colonies autour des relais commerciaux.

Au 19e siècle arrivent les commerçants britanniques et américains et les missionnaires au début du 20e siècle dans les zones les plus reculées.

Les russes forcent les Aléoutes à travailler pour eux, ils seront même contraints à l’esclavage.

Le territoire est acheté à la Russie par les EU en 1867, pour la somme de 7 millions de dollars. Un achat effectué lors de la création d’une ligne télégraphique devant traverser la Russie et le détroit de Béring et reliant les EU à l’Europe.

A la fin du XIXe siècle, des chercheurs d’or tentent par milliers leur chance et cette ruée vers l’or du Klondike retombe assez vite, pour autant les territoires autochtones subiront les dégâts de cet afflux.

Par TUBS —  Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=15950888

En 1971 on recense 40.000 Inuits et Yupiks et 22.000 amérindiens ainsi que 7000 Aléoutes.

Ils obtiennent un statut privilégié et reçoivent 200.000 km2 de réserve ainsi qu’un milliard de dollars d’indemnités.

Le mode de vie des autochtones actuels a été profondément bouleversé par l’arrivée des blancs.

Le réchauffement climatique

Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=46705

Depuis plusieurs années, l’Alaska enregistre un réchauffement des températures qui ont augmenté de 1.6° depuis les années 1950. Le littoral de l’état subit la montée du niveau des mers et océans.

Les Inuits de Shishmaref ont reçu une aide de 150 millions dd dollars pour faire face à l’érosion des côtes et des dégâts provoqués par les vagues.

Les Yup’iks de Newtok vont être déplacés en hauteur.

La fonte précoce des banquises bouleverse le mode de vie des autochtones et menaces les espèces animales telles que l’ours blanc.

Le pergélisol se réduit rapidement entraînant la formation de marécages qui provoque la déformation des infrastructures de transport.

La fonte des glaciers gonfle les torrents qui endommagent aussi les routes et les ponts.

Des insectes xylophages détruisent les forêts de la taïga (16.000 km2 ont été perdus entre 1999 et 2006).

Shishmaref

Hubbard glacier Par pcwiles, CC BY 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=51363612
Hubbard glacier Par pcwiles, CC BY 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=51363612

Public Domain, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=302903

Les 13 sociétés régionales autochtones d’Alaska

Elles sont créées en vertu de la loi de 1971 sur le règlement des revendications autochtones de l’Alaska, ANCSA.

1. Association Arctic Slope Regional Corporation ASRC

Inuit Iñupiat, 13.000 actionnaires

C’est l’un des plus grands propriétaires privés en Alaska

Barrow, Point Hope, Pointe Lay, Wainwright, Nuiqsut, Kaklovik.

2. Bering Straits Association, BSNC

Iñupiat, Yupik de Sibérie, Yup’ik d’Alaska

Péninsule Seward, Unalakleet.

3. NANA Northwest Alaska Native Association

Région de Kotzebue, nord-ouest de l’Alaska, peuple Iñupiat

4. AVCP Calista corporation

17.303 actionnaires, Yup’iks d’Alaska central

Sud-ouest de l’Alaska et delta du Yukon, Kuskokwim et monts Kuskokwim.

5. DOYON – Tanana chiefs conference

Koyukuk, cours supérieur et moyen du fleuve Yukon, Upper Kuskokwim, rivière Tanana

18.000 actionnaires, Athapascans du nord

6. CIRI Cook Inlet Region Incorporated

Kenai, Tyonek, Ekutna, Ilamna

Peuple Ahtna

7. BBNC – Bristol Bay Native Corporation

Dilingham, partie supérieure de la péninsule de l’Alaska

9900 actionnaires, Aléoutes, Inuits, Amérindiens

8. TAC – The Aleout Corporation

Iles aléoutiennes, ils Pribilof, partie de la péninsule de l’Alaska de la ligue des Aléoutes

3410 actionnaires, peuple Aléoute

9. CAC, Chugash Alaska Corporation

Cordova, Tatitlek, Port Graham, Valdez, Seward

2200 actionnaires, Chugach, Alutiiq, Eyak, Tlingit

10. SEAC, Sealaska Corporation

Sud-est de l’Alaska y compris Metlakatla

17.600 actionnaires

Tlingit, Haïda, Tsimshian

11. KANA, Koniag incorporated

Tous les villages autour et sur l’ile de Kodiak

3400 actionnaires

Peuple Alutiiq

12. AHTNA – Ahtna incorporated

Centre de Copper, Glennallen, Chitina, Mentesta

1700 actionnaires, peuple Ahtna

13. Société régionale pour la 13e région

5500 actionnaires, Inuits, Athapascans, Aléoutes

Alutiiq – Par Christopher Mertl — http://www.fhwa.dot.gov/byways/photos/59191, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=689104

Peuples de langue eskimo-aléoute

ALEOUTES

Famille des langues eskimo-aléoutes, 2200 personnes, 300 locuteurs

ALUTIIQ – famille des langues eskaléoutes, 3000 personnes, 400 locuteurs

YUP’IK CENTRAL – famille des langues eskaléoutes, 21.000 personnes, 10.000 locuteurs

INUPIAK, famille des langues eskaléoutes, 13.500 personnes, 3000 locuteurs

YUPIK SIBERIEN, famille des langues eskaléoutes, 1100 personnes, 1050 locuteurs

Ahtna Par Miles Brothers — Library of Congress Copyright Office photograph collection of American Indians, 1860s-1930s (bulk 1890s-1920s), Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=39664389

Peuples de langues na-déné ou athapascanes

TLINGIT, famille des langues na-déné,  athapascanes, 10.000 personnes, 500 locuteurs

EYAK, famille des langues na-déné, athapascanes, 50 personnes, éteinte

AHTNA, famille des langues na-déné, athapascanes, 500 personnes, 80 locuteurs

DENA’INA ou TANAINA, famille des langues na-déné, athapascanes, 900 personnes, 75 locuteurs

DEH XINAG/ DEG HIT’AN ou INGALIK, famille des langues na-déné, athapascanes, 300 personnes, 40 locuteurs

HOLIKACHUK, famille des langues na-déné, athapascanes, 200 personnes, 12 locuteurs

HAUT KUSKOKWIM, famille des langues na-déné, athapascanes, 160 personnes, 40 locuteurs

KOYUKON, famille des langues na-déné, athapascanes, 2300 personnes, 300 locuteurs

BAS TANANA, famille des langues na-déné, athapascanes, 380 personnes, 30 locuteurs

HAUT TANANA (NABESNA), famille des langues na-déné, athapascanes, 300 personnes, 105 locuteurs

TANACROSS , famille des langues na-déné, athapascanes, 220 personnes, 65 locuteurs

HAN, famille des langues na-déné, athapascanes, 300 personnes, 7 locuteurs

Les peuples athapascans d’Alaska

Tsimshian  Par Benjamin Alfred Haldane — U.S. National Archives and Records Administration, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=17391719

Peuples de langues pénutiennes et isolat linguistique

TSIMSHIAN, famille des langues pénutiennes, 1300 personnes, 70 locuteurs

HAIDA, isolat linguistique, 600 personnes, 15 locuteurs

%d blogueurs aiment cette page :