Cultures des Andes péruviennes : Horizon Tardif

Publié le 25 Octobre 2018

Horizon Tardif 1000 – 1532 ap JC


Cette période est caractérisée par la fragmentation politique et culturelle du monde andin. Dans chaque région du Pérou, il existe différents royaumes et seigneuries qui ont une zone d’influence ciblée. Ce sont des États militaristes ou curacazgos qui luttent pour se consolider dans leurs régions et éventuellement se développer.

Culture Chimú (1 000 – 1 532 après J.C.)

chan chan Par Enjoyatom21 — by Håkan Svenssonby Håkan Svenssonby Håkan Svenssonby Kevstanby MacAllen Brothersby MacAllen Brothersby Ajor933by User:GilCahanaby Gsd97jks, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=19611334

Son histoire semble remonter à l’an 900 de notre ère et s’inscrit dans la continuité de la culture lambayeque. Elle s’est développée dans la vallée de Chimor, à laquelle elle doit son nom.

La tradition veut que le premier Chimo-Capac -le dirigeant suprême- fondateur de la dynastie Chimu fut Tacaynamo, qui s’identifia à Naymlap de la culture Lambayeque puisqu’on disait qu’il était arrivé sur ces terres depuis la mer. Leurs successeurs ont conquis les vallées voisines, jusqu’à ce que Minchan Saman (1440 – 1470) les conduise à leur expansion maximale en occupant toute la bande côtière, de Thumbes à la vallée de Rimac.

Chan Chan, établie entre les actuels Trujillo et Huanchaco, fut la capitale et la résidence des souverains. Elle couvrait une superficie d’environ 6 km2 s’étendant jusqu’à la mer. Elle fut fortifiée et divisée en dix grands palais -appelés Citadelles- avec des murs d’adobe correspondant à autant de rois.

La lignée royale des souverains Chimu prétendait être l’héritière de la tradition Moche et continua avec les anciennes divisions de classe. Remarquablement stratifié, le pouvoir était exercé par un chef de lignée -Chimo-Capac- et son épouse -Chacma-. Il était suivi par l’aristocratie militaire et sacerdotale, les artisans, les paysans et les captifs.

Leurs travaux publics comprennent la construction de canaux, de routes et de garnisons. Ils excellaient dans l’orfèvrerie et la céramique. Dans l’industrie textile, ils fabriquaient des tapisseries, des gazes, des tissus peints et des plumes.

Leurs dieux sont originaires des Moche. La divinité principale était la Lune –Si protecteur de la prospérité publique ; la mer –Ni était le saint patron des pêcheurs. Ils déifièrent les tempêtes, la planète Vénus et la constellation des Pléiades qui, selon leur mythologie, donna naissance aux nobles et aux peuples.

L’expansion de l’empire inca a conquis Chan Chan après un long siège ; un soulèvement ultérieur des chimú a pris fin avec la destruction de la ville et le transfert de ses orfèvres à Cusco et des marins au lac Titicaca.

Pérou : La civilisation chimu

Culture Chancay (1,200 – 1,476 ap JC)

Pisquillo. Culture Chancay

Les villes de plusieurs vallées de la côte centrale -Fortaleza, Pativilca, Supe, Huaura, Chancay, Chillón, Rímac et Lurín- ont formé un territoire semblable à celui de la côte nord (Chimú). Lla culture était située dans la vallée de Huacho, à environ 60 km au nord du rio Rimac et connue sous le nom de culture Chancay. C’est essentiellement un territoire désertique, avec des vallées fertiles baignées par des rivières qui ont permis un fort développement de l’agriculture.

Les villes étaient en adobe, Suculachumbi (capitale du royaume Chancay, était la résidence du Seigneur), Pisquillo et Lumbra étaient des centres de l’artisanat.

Leur économie reposait sur l’agriculture, la pêche et le commerce. Sur le plan artistique, ils se sont distingués par la qualité et l’expression de leurs textiles.

Ils ont laissé de grands cimetières, contenant des tombes de la commune et des seigneurs. Ceux-ci étaient déposés accompagnés d’un ou deux cadavres, de chiens sacrifiés, de poupées, de textiles et d’un luxueux trousseau, le tout dans une position accroupie, à l’intérieur de faisceaux funéraires.

Pérou : La culture chancay

La culture Chanca (1000 – 1420 ? ap. J.-C.)

Forteresse de Sondor. Culture Chanca

Cette ville de montagne occupait les montagnes de Huanca, à Ayacucho, sur la rive gauche de l’Apurimac, y compris tout le bassin de la rivière Pampas. Le centre politique et militaire était développé dans la province d’Andahuaylas dans le département d’Apurimac, où l’on trouve leurs documents architecturaux les plus impressionnants : la forteresse de Sondor, le centre métallurgique de Curamba, l’Inti Huatana à Uranmarca et les restes de Achanchi Chaqchani.

Leur origine remonterait à des groupes anciens aux racines amazoniennes ; dans leur conception mythique, ils aurait été situés dans la lagune de Choclococha. Leur divinité principale était Uscovilca, le héros ancestral. Ils adoraient les félins, les trophées et autres dieux zoomorphes.

Ils construisirent des villages avec des maisons dont les entrées regardaient vers le nord. Ils enterraient leurs morts dans des grottes naturelles dans les montagnes ou dans des tours rondes près de leurs maisons. Leurs céramiques montrent des éléments liés aux Nasca. Ils travaillaient la pierre et les textiles, le coton et la laine.

Ils étaient des chasseurs et des bergers de vigognes avec une possible organisation patriarcale, mais ils se distinguaient comme un peuple éminemment guerrier. Chancas et Cuzqueños se sont battus pour la suprématie de la région dans un effort pour établir la domination sur le territoire andin. L’affrontement, initié par les Chancas, a cédé la place à une série de batailles qui ont fini par être favorables aux Cuzqueños qui ont finalement implanté l’Empire Inca.

Culture Chincha (1,200 – 1,476 ap JC.)

La Centinela (sentinelle) Capitale Chincha

Ils occupaient les vallées de Chincha, Pisco, Ica, Nazca et Cañete ; leur centre politique était La Centinela, située dans la basse vallée de Chincha à environ 1,5 km de la mer.

La culture trouve son origine mythique dans un lac de montagne, d’où ils émigrent sous la conduite d’un chef guerrier et d’un chef religieux. Quand ils atteignirent les vallées côtières, ils dominèrent les vallées naturelles et établirent un système monarchique rigide à caractère théocratique.

En raison de l’augmentation démographique, ils ont fait une expansion territoriale vers les montagnes et une expansion économique vers le sud, par la mer avec de grands radeaux, commerçant avec le nord chilien, ayant développé un système de poids et mesures.

L’architecture de la côte sud, semblable à celle de la côte centrale, définit la limite sud des constructions cérémonielles et l’utilisation de l’adobe. Ils ont construit des palais, des forteresses et des routes. Ils avaient une excellente industrie textile, fabriquaient de la céramique et du bois sculpté. Leur mysticisme adorait Chinchaycámac, qui était vénéré dans le sanctuaire Urpi Huachay, comme la divinité principale.

En 1470 après J.C. l’expansion Inca annexa ce royaume à l’empire sans offrir trop de résistance, Chincha a maintenu son importance pendant la période impériale, il est dit que le seul seigneur qui pourrait être chargé après la même cérémonie que l’Inca sapa était le seigneur Chincha.

Culture Inca (1 300 – 1 532 après J.-C.) et période impériale (1 438 -1 532)

Machu Picchu. Sanctuaire Inca

Sur les différents royaumes qui se disputaient la suprématie dans la région sud, les Quechuas, peuple d’ascendance Tiwanaku possible, ont établi la capitale du futur état impérial, dans une vallée sacrée pour eux qu’ils appelaient Cusco (« Le nombril du monde »).

Jusqu’au moment de leur triomphe, les Quechua étaient l’une des nombreuses tribus qui rivalisaient à la poursuite de l’hégémonie de la région. En 1438, Pachacútec Inca Yupanqui, le neuvième souverain des Incas, commença l’annexion des territoires environnants et avec eux la conformation de l’empire Tahuantinsuyu. En seulement 90 ans d’Etat organisé et 50 ans d’expansion impériale, il a dominé 6.000.000 d’habitants, répartis sur une superficie de 1.500.000 km2 et une superficie d’environ 4.500 km. Ce vaste territoire s’étendait de la côte du Pacifique jusqu’aux hautes terres, au centre et au sud, et du nord de l’Équateur jusqu’à la rivière Maule, au sud du Chili, dans le sud de la Bolivie et au nord-ouest de l’Argentine.
En 1532, lorsque le Tahuantinsuyu fut submergé dans une guerre civile par la succession du pouvoir politique, Francisco Pizarro arriva, captura puis exécuta Atahualpa, le dernier sapa inca, et marqua leur fin brutale.

traduction carolita du site Pueblos originarios.com Culturas de los Andes Peruanos.

Article complémentaire

Les civilisations pré-incas

L’empire Inca : Tawantinsuyu

Toutes les traductions sur la zone culturelle des Andes péruviennes

Zone culturelle des Andes péruviennes ok

Cultures des Andes péruviennes : Période Lithique

Cultures des Andes péruviennes : Période Archaïque

Cultures des Andes péruviennes : Période formative

Cultures des Andes péruviennes : Période Formative précoce

Cultures des Andes péruviennes : Horizon Moyen

Cultures des Andes péruviennes : Horizon Tardif

%d blogueurs aiment cette page :