Pérou : La culture Chincha

Publié le 30 Novembre 2021

image

Civilisation pré-inca dont le peuple vivait près de l’océan Pacifique dans le sud-ouest du Pérou, dans la région côtière au sud de Lima.

Cette culture s’est développée à la période intermédiaire tardive entre 1100 et 1460 après JC

Ils occupaient les vallées de Chincha, Pisco, Ica, Nazca et Cañete.

Le centre politique était situé dans la basse vallée de Chincha à 1,5 km de la mer.

Le mot chinchay- chincha = ocelot en quechua

Leur nom a été donné aux rongeurs connus sous le nom de chinchilla (petit chincha), aux îles Chincha se trouvant au large de la côte péruvienne, à la région de Chinchay Suyu, aux villes de Chincha alta et Chincha baja.

image

Territoire

Situé à 220 km de Lima dans une grande vallée fertile limitée au nord par le ravin de Topará, irrigué par les fleuves Chico et Matagente, bordé par la vallée du fleuve Pisco 25 km plus au sud.

Cet espace englobe aujourd’hui les districts d’Alto Larán, Chincha Alta, Chincha Baja et El Carmen (4 des 11 districts de la province de Chincha qui est une des 5 provinces du département d’Ica).

CC BY-SA 2.5, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=1385425

image

Langue

Les Chincha parlaient déjà la langue quechua avant le développement de l’empire Inca en Amérique du sud. Cette langue se serait propagée via les échanges commerciaux entre Chinchas et peuples voisins à Cajamarca et jusqu’en Equateur.

Organisation politique

C’était une nation très organisée, militaire et théocratique qui a construit un large réseau de chemins et de villes dans leur vallée comme La Centinela, Tambo de Mora, La Cumbe, San Pedro, Rancheria, Litardo et Las Huacas. Ils construisaient leurs temples et leurs palais sur de grandes plateformes avec des murs de boue selon la technique de l’adobe ou tapial qui consiste à verser de la boue dans des cadres, attendre qu’elle sèche, ensuite retirer la brique obtenue semblable à du béton. Ils pouvaient ainsi construire des murs épais, hauts et résistants.

Le curaca Chincha dirigeait la nation qui était organisée en guildes divisées en pêcheurs, artisans, agriculteurs et marchands. Le dernier roi chincha était Guavia Rucana.

La culture Chincha était une société de classe avec une stratification marquée, esclavagiste semble-t-il avec une classe dirigeante et une classe dominée. les prêtres avaient une position privilégiée dans cette société car ils étaient sensés être les intermédiaires entre les dieux et le peuple. Venaient ensuite les chefs militaires et les grands marchands. La classe dominée était représentée par les paysans, les pêcheurs et les artisans.

Dans les villes Chincha, les artisans développaient les métiers de tisserands, sculpteurs sur bois, bijoutiers qualifiés.

Les marchands Chincha avant la conquête espagnole partaient en mer pour de longs voyages bordant la côte actuelle péruvienne jusqu’à l’Equateur ils transportaient du cuivre, de la coca (production locale) et revenaient avec du mullu (coquillage spondylus), des émeraudes ils faisaient le trafic d’objets fabriqués localement et ceux apportés des terres lointaines, se servant pour naviguer de grands radeaux faits de rondins de bois.

Les échanges de produits avaient lieu entre les hauts plateaux andins, le nord côtier (actuel Equateur) et la côte sud (actuel Chili).

image

Les pêcheurs avaient de petits bateaux ou des radeaux en roseau ou rondins de bois. Ils utilisaient des filets, des hameçons et des harpons. Les chalhua hapi étaient les pêcheurs et les chalhua camayoc étaient les marchands de poissons.

Le marché était basé sur le troc, la monnaie était composée de coquillages et de morceaux de cuivre. Pour effectuer les transactions ils se servaient de balances, de poids et de mesures. Ils vendaient des perles, des émeraudes, de l’or, du cuivre, de la laine, du charqui, du chuño, du poisson séché, du maté…..

Textes de cette image

A cette époque la richesse Chincha était connue pour la grande activité de ses marchands. La seigneurie comptait 6000 personnes dédiées au troc. 

Ils avaient une route maritime d’échanges qui arrivait jusqu’à Mantas en Equateur. L’intérêt de la navigation au nord était d’obtenir les coquillages rouges de mullu (spondylus) qui étaient nécessaires pour les offrandes aux dieux.

Les Chinchas apportaient du cuivre, des perles et de l’argent mais aussi des tissus fins de Cumbi.

Les côtiers avaient une grande connaissance de la mer, de ses courants et de ses vents. Ils naviguaient en haute mer en suivant une étoile appelée (Cundri » (Sirius de la Grande Ourse).

Pour timon et quille ils avaient les « guares » qu’ils inséraient entre les troncs, des sortes de planches avec une poignée sculptée.

Un radeau était confectionné en joncs ou bois de balsa unis entre eux par des cordages confectionnés avec des tripes de loup de mer. Ils pouvaient avoir deux étages, des voiles ainsi que des rames. (traduction caro de cette source)

Histoire

Depuis 10.000 ans, la côte péruvienne connaît la présence humaine, les premiers habitants étaient probablement des pêcheurs nomades se sédentarisant pour profiter des riches ressources maritimes apportées par le courant de Humboldt. Plus tard ils développèrent l’agriculture et l’irrigation.

Les premières communautés installées dans la vallée de Chincha environ vers 800 avant notre ère étaient des personnes de la culture Paracas.

100 avant JC à 800 ap JC : influence de la culture Ica-Nazca et peut-être une influence de la culture Huari du Ve au Xe siècles.

Entre le IXe et Xe siècles, il y a un changement dans le mode de vie et la culture des habitants de la côte, différents styles artistiques et techniques apparaissent. Ce changement est le produit d’une vague migratoire d’origine inconnue qui sera identifiée comme une culture pré-chincha. Cette culture reposait sur la pêche et la récolte de coquillages.

image

Ere chincha

Au XIe siècle suite à une vague migratoire venant des hauts plateaux d’une culture plus sophistiquée et guerrière connue sous le nom de Chincha se développe dans la vallée. Ils ont une architecture, une agriculture, ils maîtrisent la technique de l’irrigation et dominent rapidement la vallée.

La conquête Inca

image

Vers 1450 les Incas sont intéressés par les réseaux de communication chincha, surtout pour dominer le trafic du mullu et décident de les conquérir. Les premières tentatives de l’Inca Pachacutec semblent incapables de briser les défenses locales. La deuxième tentative de l’Inca suivant, Tupac Yupanqui réussit. Après plusieurs années de guerre, les Chinchas concluent un accord pour faire partie du Tawantinsuyu Inca en échange du maintien d’une partie du contrôle de leurs anciennes routes commerciales. Pour les Incas, le mullu apporté du nord était très important car il était sacré et nécessaire dans les cérémonies religieuses et le cuivre était un métal très utilisé à l’époque. Ces deux produits étaient commercialisés par les marchands Chinchas.

Complexe architectural La Centinela

image

Cette ville était composée de deux ensembles et de pyramides, La Centinela et Tambo de Mora qui occupaient environ 75 hectares. L’espace était dominé par une immense pyramide donnant son nom à l’ensemble du complexe : La Centinela. C’était le palais du curaca de Chincha avec autour d’elle d’autres pyramides plus petites qui étaient les palais des seigneurs chinchas formés sur des plateformes superposées. Dans la partie la plus haute se trouvaient les pièces et les patios les plus importants. Dans les plateformes intermédiaires se trouvaient les pièces et les patios les moins importants.

Au sommet de La Centinela il y avait la « frise enceinte », qui est de nos jours en mauvais état et qui est en grande partie démolie ne conservant que la partie inférieure de ce qui était un long mur décoré d’oiseaux marins, de poissons et de vagues. Au bas de la frise on peut voir la représentation d’un oiseau marin en piqué en action de pêche.

L’ensemble des pyramides de Tambo de Mora est très proche de La centinela formant une dualité essentielle dans toute organisation andine. Les huacas de Tambo de Mora sont organisées autour d’une grande place fortifiée formant deux terrasses à différents niveaux qui divise le complexe architectural en deux. Il y avait une population dense composée de spécialistes (artisans) dépendants de seigneurs propriétaires des palais. Les espagnols lors de la conquête se rendirent vite compte que les artisans et les orfèvres étaient parmi les Chinchas les plus célèbres.

Tambo de Mora image d’archives début XXe siècle

La Cumbe

La Cumbe se trouve à 200 mètres de La Centinela. C’est une pyramide de 200 mètres de long, 150 mètres de large orientée est-ouest. Le lieu a été désigné par l’archéologue Max Uhle (1924) comme le sanctuaire du dieu Chinchay Camac considéré comme le fils du dieu Pachacamac (le plus vénéré de la côte péruvienne). Selon Uhle et selon d’autres chercheurs également cette pyramide aurait ses origines dans l’ère lointaine de la culture Paracas (900 avant JC) ce qui révèle l’antiquité du culte de cette divinité.

image

L’art Chincha

 La culture Chincha a eu comme caractéristiques influentes de nombreux apports de la culture Chimú, dans ses diverses manifestations ou aspects artistiques et culturels. 

Les artefacts chinchas sont encore rares dans les salles des musées consacrées aux civilisations pré-hispaniques. Les Chinchas étaient moins artistes que commerçants et navigateurs.

Céramique

La poterie chincha était surtout utilitaire, décorée de peinture bicolore (noir et blés sur fond rouge), avec des décors de petits motifs géométriques imitant des dessins sur les textiles représentant des oiseaux et des poissons. La poterie Chincha a un style très caractéristique, même si l’on peut remarquer des influences de l’Horizon moyen et de la tradition d’Ica. Les pièces sont très bien faites, élaborées et décorées.

Ils fabriquaient des bols ovoïdes avec de larges becs, des tasses évasées, des assiettes aux parois verticales, une base plate ou connexe.

image

Métallurgie

Dans les tombes ont été trouvés des vases à narine (vaso narigón) qui présentent un visage au nez aquilin, en or, argent, alliage de cuivre, décorés de maïs, poissons, serpents et oiseaux.

Des sculptures sur bois ornées de personnages ont été trouvées dont certaines peuvent provenir de gouvernails de bateaux, d’autres pouvaient être des outils agricoles pour creuser et labourer la terre.

Des pagaies ont été trouvées également utilisées pour les cérémonies.

Pagaies et dérive à usage cérémoniel preuve de la place importante de la mer dans la culture Ica-Chincha.Par Irønie — Travail personnel, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=57420339

Textiles

Ils fabriquaient des textiles très fins et beaux et maîtrisaient l’utilisation du coton dont certains tissus contenaient jusqu’à 398 fils par pouce.

Voir une image

Croyances

Une divinité était Urpihuachay à laquelle on attribue la présence des poissons dans la mer.

Sources : arqueologiadelperu.com, wikipedia, monografias

Article complémentaire

Cultures des Andes péruviennes : Horizon Tardif

%d blogueurs aiment cette page :