Pérou : Le site archéologique de Kotosh

Publié le 7 Décembre 2021

Site archéologique situé dans le district, la province et le département de Huánuco au Pérou. Il est constitué de bâtiments superposés avec 6 périodes d’occupation continue datant de l’archaïque supérieur à l’intermédiaire ancien. La plus célèbre des enceintes exposée au public est le Temple des Mains Croisées remontant à la période de Kotosh-Mito.

Les chercheurs ayant étudié ce site sont Javier Pulgar Vidal, Julio César Tello et Seichi Izumi.

Kotosh se trouve dans une petite pampa à 4 km à l’ouest de la ville de Huánuco, sur la rive droite du rio Higueras, dans la haute vallée de Huallaga à 1950 mètres d’altitude.

Le nom kotosh = tas de pierres en quechua. Le site se trouve autour de 2 monticules de pierres de tailles différentes.

Classé comme patrimoine culturel de la nation.

L’homme de Kotosh

Région de Huanuco Par Peru_-__(Template).svg: Huhsunquderivative work: Huhsunqu (talk) — Peru_-__(Template).svg, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=9395468

temple blanc By Pitxiquin – Own work, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=59510996

La découverte

Le site est découvert à l’origine par Julio César Tello qui explore les sites dans le delta de Huallaga.

En 1958 le programme d’investigations andines de l’université de Tokyo, par le biais d’une exploration préliminaire de 240 sites dans les Andes péruviennes, équatoriennes, boliviennes et chiliennes décide de 2 lieux entre tous démontrant un intérêt spécial : Kotosh à Huánuco et Garbanzal à Tumbes.

En juillet/août 1960 les premières excavations sont réalisées par Seichi Izumi qui découvre que les structures architecturales sont superposées l’une sur l’autre rendant difficile de déterminer exactement les dimensions, les caractéristiques des sites.

Ils prélèvent 10 tonnes de céramique en fragments pour la plupart –seuls 16 récipients sont en bon état- et déterminant l’origine et les caractéristiques de différents édifices dont le Temple des Mains Croisées.

temple des mains croisées De Gustavo Madico – Flickr: Kotosh, CC BY 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=25761065

Temple des Mains Croisées 

En 1960, l’archéologue Seichi Izumi découvre dans le temple de Kotosh (2300 av JC) des figures mystérieuses sculptées dans l’argile et séchées au soleil sur les murs de l’enceinte principale du temple. On ne sait pas qu’elle était la fonction de ses manos cruzadas (mains croisées) même si l’on peut penser qu’elles étaient liées à des rituels complexes menés par des prêtres de Kotosh.

Temple des mains croisées By Pitxiquin – Own work, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=59510964

C’est au cours de la période archaïque supérieure que commence la représentation de divinités féminines liées à la fertilité et la vie. Les sociétés agricoles vénérant la Terre Mère (Pachamama) comme on peut s’en apercevoir dans des statuettes des temples Aspero et Caral dans la vallée de Supe au nord de Lima.

Les fouilles de 1960/1966 mettent donc à jour 10 constructions superposées dans un grand monticule de 13 mètres de haut, 100 mètres de diamètre. Sur une plateforme de 8 mètres de haut on reconnaît l’édifice le plus ancien (formé de murs épais en pierres jointes et argile, revêtus à l’intérieur d’une couche de stuc) = c’est le temple des Mains Croisées baptisé ainsi en raison du bas-relief représentant deux avant-bras croisés.

Une deuxième construction à proximité du temple est le Temple Blanc retrouvé dans une des niches des offrandes en argile. Ces deux temples sont des édifices cérémoniels les plus anciens du Pérou.

Céramiques de Kotosh By Pitxiquin – Own work, CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=59500462

Séquences chronologiques

PériodeChronologiePhaseCéramique
Pré-céramique ou archaïque2000/1500 av JCKotosh-MitoPas de céramique
Période initiale1500/1000 av JCKotosh-Waira jircacéramique grise, figures incisées, colorées après cuisson rouge/blanc/jaune
Période initiale1000/700 av JCKotos-KotoshCéramique gravée, avec des graffitis, anse à étrier
Horizon précoce700/250 av JCKotosh-ChavinPoterie de style Chavin
Horizon précoce250 av JC – 1 ap JCKotosh-SajarapatacCéramique peinte en blanc sur fond rouge
Intermédiaire précoce1 ap JC ? Kotosh-Higueras 

image

Phase Kotosh-Mito

La tradition Kotosh Mito est représentée par deux éléments, l’intangible, le temple et l’autre intangible qui est le cérémoniel du feu sacré. Les temples de cette tradition se caractérisent par de petites pièces de forme quadrangulaires ou circulaires, avec un seul accès, un étage divisé en deux niveaux, un niveau inférieur an centre entouré d’un niveau supérieur comme un banc qui l’entoure. Ce niveau est aussi haut qu’une marche. Le niveau inférieur contient en son centre un puits qui sert de foyer alimenté en air frais par un petit conduit qui passe sous le sol à l’extérieur de la pièce. On connaît peu de choses sur les cérémonies qui s’y déroulaient, mais à partir des vestiges qui ont été retrouvés on peut en déduire que des légumes étaient ici, incinérés dans les fourneaux en présence d’un petit nombre de personnes observant depuis la margelle le déroulement du rituel effectué avec un désir propitiatoire.

La société Mito savait travailler la terre, il y a une présence de mortiers, de haches qui le démontrent ainsi que des graines carbonisées (sans doute des avocats, des haricots, du maïs) Ont été récupérés sous le temple des Mains Croisées des os de gibier, les camélidés par contre sont rares. Leur subsistance était donc assurée par la chasse au gibier, l’élevage de cochons d’inde, la collecte de plantes, le ramassage de mollusques, la culture de certaines plantes.

Objets en pierre : outils de pierre, des pointes bifaciales, des figurines en pierre ou en argile, haches, planches à meuler .

Objets en os : aiguilles, tupus (broches) (50% des artéfacts), os sculptés.

Autres : des restes de faune alimentaire (camélidés, cobayes).

Kotosh- Wayra jirca

C’est à cette période que sont trouvées les céramiques les plus anciennes de couleur marron, sans polissage : 5 bols de forme triangulaire en forme de bateau exhibant des visages humains, des jarres sans goulot, des jarres à goulot court et ouvert avec un décor d’incisions, de pointillés, du brunissement, estampillés avec des pierres. Trois couleurs sont présentes : rouges, jaune et blanc.

Artefacts en argile, figurines, broches, piruros, cuillères, pendentifs.

Objets en pierre : feuilles, haches en forme de T, récipients, tablettes, épingles, porras (bâtons de commandement), boules, marteaux.

Objets en os : spatules, épingles, ornements

Il n’y a pas de preuves certaines d’activités productrices d’aliments de subsistance

Quelques restes de faune exotique (perroquet de la forêt tropicale, conches marines).

Kotosh-Kotosh

Il y a deux types de construction : l’habituelle maison carrée avec des murs de pierre et la salle rectangulaire irrégulière, avec des parois séparatrices, formant un cul de sac et des chambres plus petites.

Trois corps humains sans tête ont découvert sous le sol d’une construction.

Céramiques : 5 bols avec des côtés convexes, des anses latérales, marron rougeâtre poli, estampillés avec des pierres, peints après cuisson en rouge, jaune et blanc, bouteilles à goulot avec une large base plane, récipients avec des poignées en forme d’étriller.

Objets en os : spatules, objets avec de larges incisions.

Kotosh-Chavin

Il y a une réelle similitude avec le site de Chavin de Huántar. Le peuple de cette époque semble avoir détruit les constructions existantes pour en édifier de nouvelles. Les murs en pierre et en argile sont recouverts d’une couche de plâtre peinte en rouge. Les vestiges d’un temple avec les restes d’un bébé sacrifié étaient enterrés sous le sol.

Il y a 3 types de céramiques :

  • Paucarbamba simple, brillante et décorée
  • Paucarbamba rouge simple
  • Paucarbamba simple grise

Artefacts lithiques : pointes avec une base concave, pointes triangulaires, en forme de feuille, piruros pour des broches.

Objets en os : éléments tardifs et précoces

Objets en or

Agriculture du maïs comme importante source économique de subsistance. On été trouvés des os de camélidés.

Kotosh-Sajarapatac

La construction comprend une succession d’habitations rectangulaires avec des murs supplémentaires adossés aux murs principaux.

Céramique : bols, jarres aux bords élargis marron chocolat avec un polissage fin, cerclés de petits pointillés, d’incisions de lignes larges entre des lignes de points.

Objets en os : poinçons, aiguilles, cuillers, spatules

Objets en cuivre

Un récipient en céramique précis dénote une possible culture du manioc.

Domestication du lama et de l’alpaga.

La chasse au gibier se réduit.

Kotosh-Higueras

Il n’y a pas de date exacte de cette phase.

Les murs étaient en pierre, crépis et les sols crépis de terre. Des monolithes de pierre de mica étaient dressés à l’intérieur de l’habitat.

Des restes de squelettes ont été trouvés sous les parois de la construction. La position des cadavres était fléchie, allongée sur le côté.

Céramique : Higuera rojo et higuera marrón, sans décor.

Eléments lithiques grossiers, pilons de mortier, porras en forme d’étoile et de croix, cache-oreilles, atèles perforées

Objets en cuivre plus abondants : aiguilles, tupus, épingles, cloches

L’agriculture est hautement développée.

Il y a beaucoup de restes de camélidés et de cervidés.

Sources : historia de la culture peruana.blogspot.com, wikipedia, javignoli.com, encyclopédie universalis

Article complémentaire

Cultures des Andes péruviennes : Période formative

%d blogueurs aiment cette page :