Cosmovision Navajo – Estsan Naste (Femme araignée)

Publié le 10 Mars 2019

Aussi appelée Na ashje’ii’Asdzáá. « Femme araignée » vit sous terre. Sa figure et sa performance sont controversées dans les différents mythes Navajo.
Certains parlent d’elle comme d’une déesse serviable qui aide ceux qui sont dans le besoin. Quand elle apparaît devant les humains, ou d’autres dieux, elle les emmène dans sa tanière, où elle change de forme et devient une femme âgée.

C’est elle qui a conseillé les jumeaux Nayanazgeni et Tobadzistsini lorsqu’ils se rendaient chez leur père, le dieu soleil Tsohanoai. Il les avertit qu’ils passeraient par quatre endroits dangereux : les rochers qui écrasent le voyageur, les roseaux tranchants qui coupent en morceaux, les cactus qui déchirent avec leurs pointes, et les sables mouvants qui avalent. Elle leur a ensuite donné deux plumes : l’une pour dominer les ennemis et l’autre pour sauver des vies.

Elle a appris aux femmes à tisser, pour qu’elles laissent un trou – comme dans la toile d’araignée – au centre des tissus en se souvenant d’elle, et pour que les filles deviennent des tisseuses infatigables, elles frottent leurs bras avec des toiles d’araignée.

Dans d’autres légendes, elle est la mère du redoutable géant Yeitso – son père : Tsohanoai, du Dieu Soleil – chef des Anaye – les dieux du mal – et des propres enfants de Yeitso, également des géants monstrueux. Dans cette version, il était dit qu’elle pouvait voler et manger des enfants qui se comportaient mal.

Femme araignée
Peinture de l’indigène Theresa Gaskin

traduction carolita du site Pueblos originarios.com Estsan Naste (Mujer araña)

%d blogueurs aiment cette page :