Estonie/Fédération de Russie : Le peuple Seto

Publié le 14 Mars 2022

image

Peuple autochtone d’Estonie et de Russie qui habite un territoire historique, le Setomaa et qui fait partie des peuples de la famille des langues finno-ougriennes. C’est l’un des derniers peuples maintenant une tradition folklorique en Europe.

Population : 15.000 personnes environ

Estonie : 3000 personnes sur place, 12.000 personnes dans le reste du pays (Tallin principalement)

Fédération de Russie : 200, district de Petchory

Religion : orthodoxe d’Estonie

Langue

De la famille des langues finno-ougriennes, elle se distingue de l’estonien par l’occlusive glottale.

Economie : agriculture vivrière, artisanat, production d’eau minérale, tourisme.

Histoire

  • En l’an 600 avant JC, on estime une probable installation des Setos dans la région de l’actuel Setomaa.
  • D’anciennes chroniques russes regroupent ce peuple sous le nom de Tchoudes ainsi que d’autres peuples finno-ougriens de la région.
  • Au début du moyen-âge : montée des tribus slaves en direction du nord-ouest qui provoque un mélange avec divers groupes de populations et de cultures.
  • Xe/XIIIe siècles : les Estoniens sont convertis au christianisme.
  • 1224 : fondation de l’Evêché de Dorpat dont le centre est Tartu : pression sur les Setos pour qu’ils se convertissent au catholicisme. Ils restent païens vivant dans la zone d’influence de Novgorod.
  • XVe siècle : les Setos se convertissent à la religion orthodoxe conservant malgré tout les usages de leurs croyances traditionnelles. La culture religieuse orthodoxe reste superficielle tout d’abord, puis avec les contacts avec les estoniens , l’influence catholique va prendre le dessus.
  • Ils se décrivent eux-mêmes comme étant « A la frontière de deux mondes » : deux religions et deux puissances politiques.
  • De 862 à 1918 : la majeure partie de la région occupée par les Setos appartient à l’empire russe.
  • 24 février 1918 : pendant la première guerre mondiale et la révolution russe, l’Estonie se déclare indépendante de la Russie. Par le traité de Tartu (Dorpat en allemand), le Setomaa revient à l’Estonie. Il est incorporé au nouvel état estonien. Le Setomaa orthodoxe reste un corps étranger dans l’Estonie luthérienne.
  • Les 3 premières décennies du XXe siècle : âge d’or de la culture Seto et en1905 : le nombre de Seto atteint son maximum.
  • 1934 : lors du recensement ethnique, 15.000 personnes se déclarent setos.
  • Dans les années 1930, l’état estonien centralisateur et autoritaire commence à exercer sur les Setos une politique d’estonisation et une pression grandissante pour les assimiler à la majorité estonienne.
  • 1940 : l’URSS occupe d’Estonie, entamant une phase de répression qui durera 50 ans, et qui touchera toutes les minorités. La culture Seto subit des restrictions par le régime communiste, on confisque les bijoux en argent traditionnels qui étaient possédés par les familles, la langue seto est interdite dans les écoles, les fermes setos sont converties en kolkhozes, l’économie est planifiée.il y a de nombreuses déportations de Setos vers l’URSS à l’époque stalinienne.
  • 1944 : la frontière entre la République Socialiste Soviétique d’Estonie et la République Socialiste Fédérative Soviétique de Russie est redessinée à Moscou. Elle coupe pour la première fois la zone habitée par les Setos. Cette frontière intérieure jouera guère de rôle dans la vie quotidienne des Setos.
  • 1944 : la république d’Estonie a reconnu de facto la délimitation frontalière. Une adaptation est prévue du tracé de la frontière avec la Russie mais elle n’a pas été ratifiée par le parlement russe. Lors de l’adhésion de l’Estonie à l’UE, sa frontière orientale devient une frontière de l’Espace Shengen.
  • 1991 : Indépendance estonienne. Depuis l’éclatement de l’Union Soviétique et l’indépendance estonienne, la frontière entre les 2 états divise la zone d’habitation traditionnelle des Setos compliquant les contacts entre les Setos des deux côtés, le retour aux lieux de culture et dans les cimetières.

De nos jours, les droits culturels et politiques des Setos au sein de la république d’Estonie sont, semble-t-il, pleinement garantis.

Les défis qu’ils doivent relever sont la globalisation grandissante, l’exode rural des plus jeunes, les villages Setos en effet se vident. La plupart des Setos vit dans les deux plus grandes villes d’Eestonie, Tallinn et Tartu.

Setomaa

le Setomaa à cheval sur le territoire de la Russie et celui de l’Estonie Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=537883

Le territoire de Setomaa fait 2000 km2 (420 km2 sont en Estonie, le reste est en Russie). C’est un territoire boisé bordant l’oblast de Pskov. Il est peu peuplé ; s’y trouvent quelques sources d’eau minérale, des forêts denses, des villages et des maisons espacés. Il y a peu de terres agricoles.

Le congrès seto est un organe composé de représentants des villages et d’organisations  seto qui se réunit tous les trois ans et élit un conseil permanent des sages.

Le royaume de Setomaa est inventé du côté estonien en 1994 pour affirmer l’identité seto après le partage du territoire entre les deux états. Il tire son imaginaire des légendes du peuple dont l’épopée du roi Pako, une ancienne divinité locale mi- païenne, mi-chrétienne qui reposerait au monastère de Petchory côté russe.

Chaque année en août, ils organisent l’élection d’un vice-roi ou d’une vice-reine, une personnalité nommée l’ülembsootska investi d’un rôle de chef communautaire, devant entrer en communication avec le roi Pako à travers ses rêves. Sa fonction sert plutôt à dynamiser la culture du Setomaa, assurer sa représentation dans les médias estoniens.

Costume/coutumes

Un mariage Seto à Värska en 1912. La mariée et le marié sont habillés en tenue de mariage traditionnelle de l’époque. image

Les femmes portent le costume traditionnel multicolore.

Le chant est très important, il est utilisé aussi bien au travail que dans les cérémonies, les mariages.

Un musée de la culture Seto se trouve dans la commune de Merenäe.

https://www.wikiwand.com/en/Setos

https://www.wikiwand.com/en/Setos

La bière des Setos

Seto Õlu - Oshlag Brasserie & Distillerie | Photos - Untappd

Lors d’un festival annuel dénommé « le jour du royaume Seto » (Seto Kuningiriik), ayant lieu au mois d’août, ils mettent leur costume traditionnel  ils chantent des chants polyphoniques, et partagent de la bière, ölu et de l’alcool distillé, hansa. Il y a un concours de brasseurs lors de ce festival. La bière est composée de seigle, les saveurs les plus courantes rappellent les raisins secs, le caramel ou le pain grillé avec une pointe épicée typique du seigle. (Les coureurs des Boires).

Leelo Seto

Le groupe musical Siidisõsarõ interprète Seto leelo (2012) By Ave Maria Mõistlik – Own work, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=20628117

Le leelo seto est un chant polyphonique folklorique qui a été ajouté en 2009 sur la liste du patrimoine mondial culturel et immatériel de l’Unesco sous le titre Le Leelo seto, tradition chorale polyphonique seto. Il est interprété surtout par des femmes, qui portent leurs tenues traditionnelles, lors d’une fête célébrée lors de la journée du Royaume Seto. La principale gagnante d’un groupe de Leelo reçoit alors le titre de « Mère de chanson ».

Cette ancienne tradition chorale polyphonique est le pilier de l’identité seto. Il s’agit d’une alternance de parties chorales, un chanteur principal chante un couplet, rejoint par le chœur qui reprend les dernières syllabes avant de répéter la phrase entière. Autrefois le chant accompagnant toutes les activités du quotidien, aujourd’hui ils sont représentés dans les festivités. Le leelo est une attraction touristique majeure, c’est également et surtout une source de fierté pour les Setos, car il incarne l’identité locale.

https://www.wikiwand.com/en/Setos

Croyances animistes

Persistance de croyances animistes dont la sacralité de certaines pierres ou de certains arbres. Pako était pour les paysans setos le dieu de la fertilité et des moissons. On le représente sous forme de statuettes entreposées dans les greniers à grains. Deux cultes lui étaient rendus, un au printemps (lors des semailles), l’autre en automne (après les moissons) même si de nos jours, ils ne vouent plus de culte à Pao, la croyance en sa protection demeure.

Art

La scène artistique est très active, avec des créations théâtrales, littéraires, musicales les groupes Trad Attack et Zetod ont connu la tête des hit parades.

Sources : wikipedia, les coureurs des boires, Le petit royaume de Setomaa, une fable baltique (reportage Géo).

%d blogueurs aiment cette page :