Sites archéologiques dans le nord-ouest argentin : Réserve archéologique de Los Menhires

province de tucuman https://fr.wikipedia.org/wiki/Province_de_Tucum%C3%A1n#/media/Fichier:Tucuman_in_Argentina_(+Falkland_hatched).svg



La réserve archéologique des menhirs – dans la localité d’El Mollar, département de Tafí del Valle, Tucumán, Argentine – a été créée en l’an 2000 pour conserver et garder un ensemble de monolithes qui étaient dispersés dans les vallées du nord-ouest de l’Argentine. Malheureusement, beaucoup d’entre eux ont été perdus à cause de la négligence ou du commerce illégal.
Entre 300 avant J.-C. et 800 après J.-C., la culture Tafi s’est développée dans les contreforts de la jungle orientale

Considérés comme l’une des cultures les plus développées, ils pratiquaient l’agro-poterie, basaient leur économie sur le travail agricole et connaissaient les techniques de la céramique, des métaux et des textiles. Leur marque de fabrique était la sculpture sur de grandes pierres : les menhirs.

Ils pouvaient atteindre jusqu’à quatre mètres de haut et étaient décorés dans certains cas de motifs sculptés en bas-relief, tels que des visages humains stylisés combinant parfois des caractères humains et serpentiformes. Ces monolithes ont dû être fabriqués à des fins rituelles et placés dans des structures cérémonielles. Ils servaient également de marqueurs astronomiques, de cairns de démarcation pour les travaux agricoles et de parcours pour les animaux sauvages.

Situés à 2 000 mètres d’altitude, ils constituent un patrimoine culturel ancien unique en son genre sur le continent américain. Ils ont été déclarés en 1993, par la loi 24.262 « Monuments et lieux historiques nationaux ».

Ils ont été désignés comme « menhirs » en raison de leur ressemblance avec les mégalithes d’autres cultures. Leur grande taille et leur poids, les inscriptions sur plusieurs d’entre elles, et le nombre de pièces trouvées réparties dans la vallée, révèlent qu’elles étaient le résultat d’un travail communautaire, solidaire, ainsi que la preuve de l’importance culturelle qu’elles avaient pour leur communauté d’origine.

Dans les années qui ont suivi la conquête espagnole, ils ont connu des destins et des traitements différents.

traduction caro du site Pueblos originarios.com

%d blogueurs aiment cette page :