Sites archéologiques Mayas – San Andrés

Publié le 28 Juin 2019

El Salvador

Le dernier royaume maya du sud-est de la Méso-Amérique.

Période : Les premières occupations ont eu lieu vers 900 av. J.-C. Le site est abandonné en 420 après J.-C. avec l’éruption de l’Ilopango, quand il a été réoccupé -au classique tardifc- ils ont commencé leur ère de splendeur en maîtrisant la vallée de Zapotitán, et quelques régions voisines, comme la vallée des Hamacas où San Salvador est situé aujourd’hui.

Le site archéologique San Andrés tire son nom de l’ancienne hacienda où il se trouvait : la vallée de Zapotitán, entre les rives des rivières Sucio et Agua Caliente, département de La Libertad.

Il couvrait une superficie de plus de 200 hectares, avec un centre monumental entouré d’une vaste zone d’habitation. Le quartier résidentiel a été peu étudié, on peut supposer que ses caractéristiques étaient similaires à celles conservées dans la Joya de Cerén voisine -murs de bahareque sur plates-formes basales-, des photographies aériennes récentes montrent des vestiges de quelque 1200 structures résidentielles encore visibles, presque toutes gravement endommagées.

En haut : vue partielle de l’Acropole

Le centre monumental a été divisé en la Place Sud, où se trouvaient les dirigeants, et la Place Nord. Vers l’an 600, sur la Place Sud, l’Acropole a été érigée, avec ses structures cérémonielles et politiques, il y a la pyramide principale (Structure 1), ainsi que 3 autres pyramides mineures -2, 3 et 4 et une série de salles – « aposentos (chambres) » – où les gouverneurs vivaient. Au sud se trouve une autre construction cérémonielle, la numéro 7.

Dans la Place Nord ou Grande Place, se trouve la structure 5, appelée « la cloche » pour la silhouette en forme de cloche qui présente sa plate-forme basale couronnée par une pyramide, probablement l’emplacement du marché communautaire.

Le site a maintenu des contacts avec la Petén guatémaltèque et le Belize, et a été influencé par Teotihuacán et Copán ; la conception de son centre monumental ressemble à une version simplifiée de Copán.

San Andrés, ainsi que les autres centres de la période Classique tardive du Salvador, ont été abandonnés vers 900 après J.C. dans une version locale de ce que l’on a appelé « l’effondrement maya » ; il y eut plus tard des activités humaines, mais ils ont cessé d’exister en tant que communauté.

Note : Ce fichier fait partie intégrante de la Carte interactive et de la Table indexée des sites archéologiques mayas, nous vous suggérons de suivre les liens pour le visualiser dans son contexte. (en espagnol sur le site)

traduction carolita du site Pueblos originarios.com

Sitio arqueológicos Maya

%d blogueurs aiment cette page :