Cosmovision Nazca – Kon, dieu créateur

Publié le 20 Février 2019

Kon était considéré comme le dieu créateur du monde par les cultures de la côte péruvienne comme les Paracas et Nasca, qui le représentaient volant avec des masques félins et portant de la nourriture, des têtes de trophées et un bâton ; ou avec sa tête et ses yeux proéminents pour ce qui est aussi connu comme le « Dieu oculaire »

Il est apparu au bord de la mer, depuis le Nord, sans os ni chair, mais sa forme était humaine. Fils du Soleil, il n’a parcouru les montagnes et les vallées qu’avec sa volonté et sa parole. Il crée le monde, il le peuple d’êtres humains à qui il fournit de l’eau et des fruits en abondance. Les hommes oublièrent les offrandes qui lui étaient dues, puis il les punit en emportant les pluies et en transformant les terres fertiles en immenses déserts côtiers. Kon n’a laissé que quelques rivières pour qu’elles puissent être entretenues par l’irrigation et le travail.

Pachacámac, lui aussi fils du Soleil, viendra des terres du Sud, bannissant Kon et détruisant sa création, pour faire une nouvelle génération d’hommes et leur fournir tout ce qu’ils ont.

Le chroniqueur mexicain Pedro Gutierrez de Santa Clara (1521 ~ 1563) a écrit :

« Les très anciens Indiens, qui l’ont entendu de leurs ancêtres, disent que le premier dieu sur terre s’appelait Cons (Kon), qui a formé le ciel, la lune, les étoiles et la terre, avec tous les animaux et tout le reste en elle. Et il forma de son souffle tous les Indiens, les animaux terrestres, les oiseaux célestes, les arbres et les plantes. Après cela, il alla dans la mer, marcha sur elle et sur les fleuves, et il nourrit de sa parole tous les poissons qui s’y trouvent, et il fit d’autres prodiges ; puis il quitta cette terre et monta au ciel.

Quelque temps plus tard, un autre dieu vint sur terre, « plus puissant que Cons », appelé Pachacámac, ce qui signifie « créateur du monde ou réformateur, qui a détruit tout ce que Cons avait fait ; les Indiens que Cons avait créés, il les a transformés en singes, et les a envoyés vivre dans les Andes et les vallées qui sont là. Mais, miséricordieux, Pachacámac créa d’autres hommes « et beaucoup de très beaux Indiens », « aussi bien dans les montagnes que dans les plaines ». Ceux qui peuplaient les hautes terres ont trouvé une terre « fraîche » parce qu’ils venaient de sortir du déluge.

La version mythologique de la création est caractérisée par deux dieux qui agissent successivement, il y a deux créations, celle de Kon et celle de Pachacámac qui est définitive ; ayant tous deux pris leur retraite, le Soleil et la Lune – présents tous les jours – sont restés comme des dieux principaux, mais pas en qualité de créateurs. Le mythe semble aussi indiquer deux courants civilisateurs, le premier venant de la mer par le Nord (Kon) et le second, du Sud représenté par Pachacámac, qui a remporté la confrontation.

Géoglyphe de Llipata
Représentation du « Dieu oculaire » dans un géoglyphe de Llipata.

Kon
Représentation sur un manteau de la culture Paracas.

Masque Kon Collier masque qui le représente, avec des turquoises dans les yeux et de la nacre dans les dents.

traduction carolita du site Pueblos originarios.com

Kon. Dios Creador.

%d blogueurs aiment cette page :