Cosmovision Maya : K’awiil (Bolon Dzacab)

Une divinité à multiples facettes et intrigante qui apparaît dans le complexe religieux maya dès la période classique précoce et perdure jusqu’à l’arrivée des Européens, tant dans les basses terres du sud, du centre et du nord que dans les hautes terres guatémaltèques.
D’après ses fréquentes représentations, tant plastiques que picturales, il existe une forte association avec les phénomènes météorologiques – éclairs et pluie – et la fertilité et l’abondance de nourriture qui en résultent. Son apparition avec d’autres divinités, telles qu’Itzamná et Xaman Ek, dans divers événements de transcendance mythologique couvre ses conditions, fonctions, significations et valeurs dans l’ancienne pensée religieuse maya avec une complexité particulière.

À l’époque postclassique, il était appelé Bolon Dzacab, ce qui signifie en maya yucatèque « Neuf ou plusieurs générations ».

À l’époque classique, il était représenté dans des sculptures en céramique et des peintures murales avec son pénis ou sa jambe transformés en serpent. Dans le Codex de Dresde ou le codex Grolier, il apparaît avec un long nez bifurqué, plein de différents ornements, qui émanait de son front.

Pour certains auteurs, il est le dieu de la foudre et du feu, lié aux lignées royales et aux nouvelles générations, représentant l’abondance, l’agriculture et la fertilité. D’autres suggèrent que K’awiil était une facette ou une scission de Chaac, dieu de la pluie, et qu’il symbolisait la luminosité des éclairs et des orages.

Il est le Dieu K, le Dieu au nez orné, selon la nomination de Paul Schellhas.

Les représentations de K’awiil :

Murale -détail- dans la structure 1 à Santa Rita Corozal, Belize.
Récipient en céramique (K5164)
K’awiil avec sa jambe de serpent enroulant une femme.
Codex de Dresde. Folio 12
Codex Grolier. Page 4

Codex Grolier. Page 4

Source :

La representación de K’awiil. Aspectos Fitomorfos y Zoomorfos de una deidad Maya Prehispánica. Daniel Martínez González

traduction caro du site Pueblos originarios.com

%d blogueurs aiment cette page :