Pierre du soleil Aztèque : Vision du cosmos

Publié le 19 Octobre 2018

Dans le cercle concentrique extérieur de la Pierre du Soleil, deux serpents de feu (Xiuhcoatl) entourent le tout. Leurs queues naissent dans la plaque de consécration qui indique la date 13-Acatl, chacune occupe un demi-cercle rencontrant leurs têtes dans la partie inférieure, où elles ouvrent leurs mâchoires pour que deux divinités opposées apparaissent : Tonatiuh et Xiuhtecuhtli dans une représentation de la dualité, du jour et de la nuit ; du bon et du mauvais.
Les corps des serpents mythologiques sont divisés en treize segments (cieux), ils sont le yin et le yang, le jour et la nuit qui nous entourent, ils sont aussi la Voie lactée, la plus grande force d’expansion par rapport à l’homme. Ils représentent le mouvement d’inertie qui fixe les limites du monde visible et capture l’énergie qui vient de l’univers pour être distribuée par le soleil.

Xiuhtecuhtli – Tonatiuh

Les deux serpents Xiuhcoatl constituent alors le cercle formel qui limite et entoure la création, et dans le cercle central se trouve le Cinquième Soleil, le foyer de la vie, assimilant et diffusant les énergies.

Le mouvement du centre de la Pierre fait agir le système dans son double rôle de capture (polarité négative) et de don (polarité positive). Cette double polarité produit un mouvement créant des « zones d’influence » ou cercles concentriques.

Ainsi, après le cercle central, une deuxième couronne symbolise les quatre époques passées, les 20 prochains jours du calendrier, les derniers sont liés aux étoiles.  

Chacun d’eux a son propre mouvement en raison de sa propre accélération, bien qu’ils soient plus lents lorsqu’ils s’éloignent du cinquième soleil. On arrive ainsi à une immobilité « relative » qui donne l’apparence de la limite fixée par les grandes constellations.

La Pierre du Soleil synthétise le mouvement et l’immobilité, ce qui est à l’intérieur et ce qui est à l’extérieur, afin de rapprocher le centre et l’extérieur. Cette synthèse résulte de la relation cercle extérieur-centre, qui donne la force centripète, et de la relation centre-extérieur, qui donne la force centrifuge. En effet, ce qui est au centre aurait tendance à émaner (fonction dynamique), ce qui est périphérique aurait tendance à se fixer (fonction conservatrice), à harmoniser et à exister.

L’Univers

Fermé par le cercle extérieur des deux serpents de feu, et sur le cercle des glyphes des jours, un secteur très riche en symbologie représente la terre, le ciel, et en général tous les points de l’univers où le Soleil apporte sa chaleur.

Ce scénario est dominé par 8 figures en forme de « V » qui symbolisent les rayons vivifiants du Soleil, en plus d’indiquer les points cardinaux.

Dans une première couronne en apparaissent quatre qui indiquent les principaux points cardinaux, dont quarante carrés avec le symbole de « quinconce » ou « Etoile de Quetzalcoatl » de cinq points. Le cinq est la figure du centre et constitue à son tour le point de contact du ciel et de la terre.

Dans une deuxième bande, avec les quatre autres divisent le secteur maintenant en 8, coïncidant peut-être avec les parties dans lesquelles il a été divisé en jour, les décorations actuelles symbolisent la lumière, la force et la beauté du Soleil.

D’autres couronnes composées d’arcs, parfois entrecoupés, sont liées par certains auteurs à la représentation des mouvements planétaires.

Le chant

Dans le chant de la Pierre du Soleil se trouvent les symboles d’Ilhuicatl (le ciel) : les étoiles au-dessus du ciel nocturne, en plus du signe vénusien et des poignards d’obsidienne comme rayons de soleil sur le ciel du jour.

traduction carolita du site Pueblos originarios.com

Visión del Cosmos. Piedra del Sol. Calendario Azteca.

%d blogueurs aiment cette page :