Contes animés en langue indigène (et traduits) – Les Yaquis – Le criquet sorcier


Publié le 5 Novembre 2016

LE CRIQUET SORCIER

Depuis longtemps, un arbre qui était prophète a enseigné aux yaquis qu’arriverait du nord un monstre féroce.
Prévoyants, les yaquis établirent des guerriers permanents à différents points stratégiques.
Un peu plus tard, un grand serpent a fait son apparition. Après l’avoir affronté et perdu deux batailles, Napowisáin jisákame a nommé l’hirondelle pour demander du secours au nom des huit peuples, au grillon sorcier.
L’hirondelle est partie jusqu’à arriver devant le Criquet qui a réfléchi un moment.
Il a commencé à aiguiser les scies de ses pattes, il est monté sur la colline en prononçant des mots mystérieux et a donné un grand coup de ses ergots en se lançant dans un saut où n’importe qui aurait eu besoin de marcher onze jours et demi pour parcourir sa distance.
Tout à coup comme tombé du ciel, le criquet est apparu au centre du campement.
Ils l’ont enrobé de l’extrait de branches et de feuilles vertes et ils l’ont placé sur un arbre comme lui- même leur avait ordonné.
Quand le monstre s’est approché de l’arbre, le Criquet s’est chargé de lui en lui administrant deux coups brutaux qui ont séparé le corps du monstre.
Ainsi en ont-ils fini avec le monstre et la prophétie que leur avait fait l’arbre en ce temps-là.
Cependant, en même temps cela a donné lieu à une nouvelle prophétie.
A sa mort le serpent les a averti que des années plus tard viendrait une nouvelle menace à laquelle ils devraient faire face avec encore plus de courage :
des hommes blancs avec des armes de grand pouvoir qui vomiraient du feu.

Conte de la tradition orale des Yaquis du Sonora, traduction carolita depuis l’espagnol.

VersionYaqui


Waka Woꞌochi Yee Sisibome
Binwatuk taꞌapo senu, juya chukula yeu wenemta taꞌaka into a etejun junaꞌa jiakim
majtak Juka Norte Betana Jua aniapo annemta sunwachisí machik into ousi juꞌenak
ameu a yebisneetiak.
Jume Jiakim kee junuka yeu weyeo, wame nassuareom jaꞌabwak jibapo betchiꞌibo,
jum kabeta eraweꞌepo naapo.
Chukula taapo Bweu bakut ama yeu machiak au bichateka into wosa, kaa yoꞌokai
napowisaim jisacamea ti teakame amana bittuak juka woko babaseꞌelata, junabeja
wos naiki pueblota teampo utteꞌata aꞌau saiwa juu waka woꞌochi yee sisibomtawi.
Ju woko babaseꞌela sika into aman auyepsak juu waka woꞌochi ye sisibomtawi junaa
beja chubala a mammatekai, wokim bwawitetaitek, kawiu jaꞌamuk noksimekai kaa
juꞌunakiachisia, penpeim mea bwiata tetemukai mekka jikau cheptek, senu jabetaka
juniꞌi binwataewapo weꞌean.
Sejchuktia teka betana koom wechiatabenasia juu waka woꞌochi ye sisibome, ama yeu
machiak jowakaa nasuku jiakim aneꞌepo .
Juya sawa siari jittoa a ubbakamme into juyat jikat a yechak apoik aa nesawekaꞌapo
amani.
Juka jua aniapo annemta sunwachisi awaꞌa yepsako, into awaꞌa rukteko, juu waka
woꞌochi aet au jimak wosa ousia tetemukai nasuk aman a chuktak juka juanniapo
jometa sun wachik takaa.
Junuen beja a wiutak juka jua aniapo jometa sunwachik into waka atejorita juka juyata
ameu nokakau.
Junuentuk juniꞌi jiba junuenia senu bemela ama yeu machiak…
Juu bakot mukukai junuen am tejjoak makak cheꞌa chukula wasuktiam weyeo
bemelasi juchi taꞌabwisi ameu weene junakaꞌa chea kusteakai a bichatene bweituk
junameꞌe tutusai yoemem bwerem wikoꞌekai, tajita yeu pustamte ama yeu machiane.

Publicité

Un avis sur « Contes animés en langue indigène (et traduits) – Les Yaquis – Le criquet sorcier »

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :