Contes et légendes d’Escuintla (Guatemala) : Le charme de l’engoulevent

Cette région côtière est l’une des zones guatémaltèques où les contes populaires de toutes sortes survivent avec une extraordinaire prolifération. Parmi les contes merveilleux de Masagua figure l’histoire de l’enchantement du guardacamino (engoulevent), qui raconte qu’un homme du village était très amoureux d’une fille qui ne lui prêtait aucune attention. Une nuit, le jour de la San Juan, il sortit dans les champs de canne à sucre près du village, s’assit, enleva son foulard et le mit devant lui ; alors apparut un petit oiseau qui chantait très tristement, appelé le guardacamino et qui pleurait « aussi triste qu’une âme en peine » comme on dit à La Democracia et à San Vicente Pacaya. Alors le petit oiseau, chantant et pleurant, a marché sur le mouchoir et a commencé « à faire une étrange danse« . L’homme a eu peur mais a attrapé le mouchoir et à partir de ce moment-là, les femmes l’ont poursuivi, « elles lui sont tombées dessus comme des mouches », il portait toujours le mouchoir attaché autour du cou ou sur le manche de sa machette et les femmes étaient toujours à sa recherche.

traduction carolita du site http://cuentosyleyendasescuintla.blogspot.com/2017/05/escuintla.html?m=1

Publicité

Un avis sur « Contes et légendes d’Escuintla (Guatemala) : Le charme de l’engoulevent »

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :