Cosmovision Guarani : Le karai Octubre

Selon la mythologie guarani, le Karaí Octubre sort des montagnes et arrive dans les maisons au début du dixième mois pour punir ceux qui n’ont pas été prévoyants. C’est pourquoi une succulente assiette de jopara (mélange ou combinaison en guarani), un plat typique du Paraguay à base de viande et de haricots, ne doit pas manquer sur la table à midi le 1er octobre, dans l’intention de le conjurer, car ce lutin ne reste pas dans les endroits où il y a abondance.


Le mythique Karaí Octubre (Seigneur Octobre) est un petit personnage barbu aux traits durs, coiffé d’un chapeau de paille et tenant un fouet dans ses mains.
Selon la tradition, octobre est le mois où la nourriture se fait rare : manioc, maïs et autres légumes sont plus difficiles à obtenir dans les campagnes. Certaines des anciennes coutumes des grands-parents, arrière-grands-parents, en d’autres temps était par exemple de se lever tôt le matin avec un fouet ou une ceinture à la main et l’accrocher dans tous les coins des pièces en disant « pour que le Karaí Octubre soit éloigné de cette maison », ou laisser un plat de nourriture à la porte de la maison pour que celui qui passe l’emporte ou inviter les voisins ce jour-là avec un plat, de préférence un plat de ragoût.
Une autre vieille coutume des grands-parents et arrière-grands-parents consistait à souffler avec énergie dans trois coins d’une pièce de la maison, de préférence avec un sifflet ou un clairon, en laissant un espace libre là où il y avait une ouverture de porte ou de fenêtre, afin que la misère s’échappe, s’enfuie par peur et ne revienne jamais dans notre maison.

traduction caro du site Cronicas de la tierra sin mal

Publicité
%d blogueurs aiment cette page :