Pérou/Equateur : Le peuple Huambisa ou Wampis

Publié le 17 Septembre 2018

image

Voici deux traductions pour en apprendre plus sur le peuple Huambisa.

Le peuple Wampis est également connu sous le nom de « huambisa ». Comme il s’agit d’une dénomination imposée par des étrangers, les habitants de ce peuple ont préféré s’identifier comme wampis ou shuar. Selon Julian Taish, le nom wampis vient d’une sorte de poisson qui, selon un récit de ce peuple, a la qualité d’échapper facilement à son ennemi.

Histoire 
 

Tout au long de leur histoire, les Wampis ont été connus comme des guerriers. Avec les peuples Achuar et Awajún, les Wampis ont réussi à arrêter l’incursion des Incas, des Espagnols et d’autres populations dans les territoires occupés par eux jusqu’au XIXe siècle (SIL 2006).

Pendant la colonie, les premières expéditions en territoire wampis furent celles de Benavente et Diego Palomino en 1549. Plus tard, en 1557, Juan de Salinas quitta Loja, en Équateur, et arriva au fleuve Santiago. C’est là qu’il fonda les villes de Santiago de las Montañas et, plus tard, Santa María de Nieva (Guallart 1990) – cette dernière étant située dans la région amazonienne actuelle, le Pérou.

La fondation de la ville de Borja en 1619 a marqué une étape importante, car elle a facilité l’entrée en territoire occupé par des peuples dont la langue appartenait à la famille linguistique Jíbaro, comme les Wampis. Les Jésuites arrivèrent à Borja en 1638 et de là commencèrent leur travail missionnaire en fondant les missions de Maynas. Les Jésuites ont maintenu leur influence dans la région pendant 130 ans (Uriarte 2007).

La résistance des Wampis influença sur l’échec des missions, si bien qu’en 1704, les missionnaires jésuites reçurent l’ordre d’abandonner leur travail dans le territoire occupé par les villages familiaux Jíbaro. Des années plus tard, en 1769, les Jésuites furent expulsés de toute l’Amazonie péruvienne (Uriarte 2007). Cependant, d’autres missionnaires continuent d’arriver dans les territoires wampis, comme les Salésiens au début du XIXe siècle (Harner 1994).

En 1925, les Wampis entrent en contact avec les missionnaires de l’Église nazaréenne et, dans les années 1950, avec les missionnaires évangéliques et les linguistes de l’Institut d’été de linguistique (SIL). Plus tard, les contacts entre les Wampis et les négociants métis, les exploiteurs de pétrole, les patrons du caoutchouc et d’autres acteurs s’intensifieront à plusieurs reprises, ils ont été forcés par les employeurs de travailler dans leurs fermes, de chasser et d’extraire du bois pour de très bas salaires (ILV 2006).

En 1946, près de la frontière entre le Pérou et l’Équateur, des affrontements entre des soldats équatoriens et des membres de ces peuples ont incité l’État péruvien à établir plusieurs garnisons militaires dans la zone frontalière. Cette mesure, associée à l’implication de l’exploration pétrolière, a conduit à l’immigration de la population métisse en provenance d’autres départements, qui continuera à arriver au cours des décennies suivantes (MINCU 2015).

En 1977, les Wampis, avec les Awajún, ont créé le Conseil Aguaruna et Huambisa (CAH). Il s’agissait de la première organisation indigène amazonienne à caractère régional et interethnique, ce qui a marqué une étape importante pour le renforcement institutionnel et identitaire de ces peuples. La force de cette organisation et d’autres organisations régionales a permis aux Awajún et aux Wampis d’accepter de contrôler politiquement certaines municipalités du district de Condorcanqui (MINCU 2015).

Traditionnellement, les Wampis attachaient une grande importance à la sorcellerie et au pouvoir des esprits. Trois types d’esprits avaient un impact sur leur vie : l’esprit de vengeance, l’esprit de vie future et l’esprit de pouvoir (SIL 2006). Ils ont aussi des croyances ancestrales sur le pouvoir des différents esprits. Les wampis invoquent souvent les nugkui (esprits qui vivent dans la terre et donnent aux femmes les fruits des chakras) pour assurer la fertilité des cultures. De plus, l’une de leurs principales festivités, toujours en vigueur, est la fête de la Tsantsa (ou réduction de la tête de l’ennemi), qui affirme sa condition de peuple invincible (AIDESEP et al. 2000).

Selon le CAAAP (2008), l’enfant wampis apprend à chasser en observant la technique de son père, tout en étant accompagné dans ces tâches. Les enfants commencent à pratiquer la chasse aux petits oiseaux, pour laquelle ils préparent leurs propres armes. Puis, quand ils se sentent compétents dans l’activité, ils vont seuls à la montagne (MINCU 2015)

Autres données : 
 

En plus des deux processus à l’échelle nationale, les Wampis ont participé à deux processus de consultation préalable concernant le lot d’hydrocarbures 192 et la classification proposée de la zone réservée de la Sierra del Divisor comme parc national.

image

La langue

La langue wampis (ISO : hub) appartient à la famille linguistique Jíbaro et n’est parlée par les personnes du même nom que sur le territoire péruvien (Unicef, 2009). Elle est parlée dans les provinces de Condorcanqui et Datem del Marañón, dans les régions d’Amazonas et de Loreto, respectivement. Récemment, en raison de la migration de ses locuteurs, elle est également parlée dans la région de Cajamarca (Ministère de l’Education, 2013). Traditionnellement, cette langue a été connue sous le nom de huambisa, mais aujourd’hui ses locuteurs préfèrent utiliser le nom wampis. Larson (In Corbera, 2000), après une analyse lexicale, souligne que le wampis est étroitement lié à l’awajún, au point de les considérer comme des variétés du même langage. Overall (2007) a une opinion similaire, puisqu’en raison de l’intelligibilité mutuelle entre les locuteurs de ces deux langues, il les considère comme un « groupe de dialectes » (variétés géographiques d’une langue).

 
Selon le ministère de l’Éducation (2013), il s’agit d’une langue vitale qui compte environ 10 000 locuteurs au Pérou.


Situation de son écriture : 


Le ministère de l’Éducation, de concert avec des représentants du peuple Awakun, a collaboré à la normalisation de leur alphabet. En conséquence, depuis 2013, il y a un alphabet officiel (RR. DD. N° 001-2013-ED et N° 0040-2013-ED). L’orthographe de cet alphabet est de 18 lettres  : a, ch, e, e, i, j, k, m, n, n, ñ, p, r, s, sh, t, ts, u, w, y. Avec cet alphabet, des matériels éducatifs ont été développés pour préserver la langue et l’identité culturelle du peuple (El Comercio, 2014).
Interprètes et traducteurs agréés : 
Actuellement, dans le cadre de l’application de la loi no 29735 (loi sur la langue), le Ministère de la culture a enregistré sept traducteurs et interprètes de la langue wampis.

source

Wampis | Base de Datos de Pueblos Indígenas

En 1977, los wampis crearon, junto con los awajún, el Consejo Aguaruna y Huambisa (CAH). Esta fue la primera organización indígena amazónica con carácter regional e interétnico, que signific…

http://bdpi.cultura.gob.pe/node/20

Autres récits de la cosmovision Shuar

Arútam, dieu des dieux

Nunkui. Porteuse de la connaissance du monde féminin

Tsunki. Le propriétaire des eaux

Etsa, le Soleil, propriétaire des animaux

Shakaim. Protecteur de la selva

 Ayahuasca. La liane qui permet de se rendre sur le lieu des morts

Pérou : Le long du cours des quebradas vers le territoire indigène intégral : autonomie, frontière et alliance entre les Awajún et les Wampis – coco Magnanville

image

WAMPIS

Département

Amazonas, province de Condorcanqui, district de Rio Santiago

Département

Loreto, province d’Alto Amazonas, districts de Barranca et Morona

Rivières : Morona et Santiago. Ils sont également présumés exister en Equateur, où ils sont appelés wampus ou tsumu shuar, c’est-à-dire shuar d’en bas (Seymour-Smith, 1988).

Population : 5545 personnes ( hommes 2792, femmes 2753)

Les 5545 huambisas enregistrés représentent 2,31 % de la population indigène totale enregistrée en 1993. Par coïncidence, les estimations de population antérieures au recensement de 1993 et effectuées par divers auteurs ont établi une estimation de 5 000 personnes pour ce groupe (Varese, 1972 ; Uriarte, 1976 ; Chirif et Mora, 1977 ; Wise et Ribeiro, 1978).

La population moyenne des 37 communautés enregistrées est de 150 personnes. L’indice de masculinité est de 101,4, semblable à celui des populations Aguaruna et Achual, toutes deux appartenant à la famille Jíbaro.

Avec un pourcentage élevé de la population âgée de moins de 15 ans (51,7 %), il s’agit d’un groupe jeune et en croissance. Il n’atteint pas l’âge de 65 ans, étant l’un des rares groupes où le nombre de femmes ayant atteint cet âge est supérieur à celui des hommes.

Le taux brut de mortalité est assez élevé (18,03), supérieur à celui enregistré par ses voisins les Aguarunas, peut-être en raison d’une couverture moindre des programmes de santé.

SYNTHÈSE HISTORIQUE :

Le processus historique des huambisas est, en général, le même que celui des aguarunas, bien que le plus grand isolement dans lequel se trouve la zone du fleuve Santiago, où ils vivent, les ait conduits à subir moins l’impact de la colonisation. Au cours des trente dernières années, la plus grande richesse foncière et forestière du territoire de ce groupe a attiré l’installation de certaines scieries et élevages.

LES ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES :

Les huambisas pratiquent l’agriculture de subsistance, la chasse, la pêche et l’aviculture. Ils vendent également du manioc, des bananes et du riz à Santa María de Nieva. Dans la région du fleuve Santiago, ils produisent de l’or en utilisant des techniques artisanales. Dans de nombreuses communautés, le bois est également produit pour les patrons. Comme les aguarunas, ils fournissent des services d’entretien et de surveillance pour le gazoduc Nor Peruano.

Le recensement de 1993 a enregistré 40% d’analphabétisme parmi la population de Huambisa âgée de cinq ans et plus, avec une grande différence entre la population masculine et féminine. 29% des hommes analphabètes sont signalés contre 51% des femmes analphabètes.

Trente pour cent de la population Huambisa âgée de cinq ans et plus n’a aucune éducation, et pour 53 % de cette population, l’enseignement primaire est le plus haut niveau atteint.

Avec seulement quatre écoles secondaires pour 37 communautés, seulement 10 % de la population âgée de cinq ans et plus a accès à l’enseignement secondaire. L’enseignement supérieur n’est pas une alternative, mais pour 2% de la même population.

Quatre-vingt-deux pour cent des enseignants sont autochtones, ce qui porte à 92 % le nombre total d’enseignants autochtones dans les écoles primaires. Tous les enseignants qui se consacrent à l’éducation préscolaire sont des huambisas.

LES ORGANISATIONS AUTOCHTONES :


CAH – Conseil Aguaruna Huambiza
FECONARSA – Fédération des Communautés Natives du Rio Santiago


SITUATION DE VULNÉRABILITÉ :

Ce groupe relativement important avec un haut niveau d’organisation est situé dans une zone d’exploration d’hydrocarbures et une frontière politique en situation de conflit, et peut être considéré dans une situation de vulnérabilité moyenne.

traduction carolita du site Peruecologico.com

Huambisa

http://www.peruecologico.com.pe/etnias_huambisa.htm

Croyances et coutumes liées à la grossesse, à l’accouchement et à la post-natalité dans les communautés autochtones Awajun et Wampis

Armando Medina, Julio Mayca

Objectif : Notre pays, en raison de sa richesse culturelle, présente diverses conceptions de la grossesse, de l’accouchement et de la post-natalité. Les coutumes et les processus de la grossesse, de l’accouchement et de la post-natalité des femmes Awajun (Aguaruna) ou Wampis (Huambisa), dans le contexte culturel des communautés indigènes, sont examinés dans cette étude. Matériaux et méthodes : Étude ethnographique qualitative descriptive, réalisée d’octobre 2002 à avril 2003, en appliquant 24 entretiens approfondis (avec des sages-femmes, des promoteurs de santé et des utilisateurs), dans les communautés de Puerto Galilea et Chapiza, en plus de trois groupes focaux. Ces entretiens ont été analysés en fonction de cinq aspects liés aux signes, aux dangers, aux régimes alimentaires et aux soins pendant la grossesse, l’accouchement et la post-natalité. Résultats : les villageois reconnaissent certains signes de danger pendant la grossesse, comme les saignements vaginaux et la perte de liquide amniotique. Les soins pendant la grossesse sont liés aux activités quotidiennes et à la prise de nourriture (régimes). Certains éléments rendent le travail et l’accouchement difficiles, comme le fait de se sentir gênée d’appeler l’accoucheuse. Une fois l’accouchement réalisé, il faut continuer à veiller au rétablissement de la mère et au développement adéquat du nouveau-né. Conclusions : Les conceptions et les perceptions de la grossesse, de l’accouchement et de la post-natalité dans les communautés indigènes régulent le comportement de leurs habitants et ont une incidence sur la santé maternelle et infantile. Il est nécessaire de comprendre cette culture et de former les agents de la médecine traditionnelle, en mettant en œuvre des stratégies de promotion de la santé et de soins aux femmes enceintes, en renforçant les capacités institutionnelles et en augmentant la couverture.

Mots clés : Groupes ethniques ; Accouchement normal ; Diversité culturelle ; Recherche qualitative ; Pérou (source : DeCS BIREME).

Je peux vous envoyer une version traduite par moi-même en français de ce travail si vous m’en faites la demande sur la messagerie du blog

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :