Venezuela /Brésil : Le peuple Ye’kuana

Publié le 18 Mars 2018

By Luisovalles, derivative work Lämpel – Own work, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=56507482

Peuple autochtone habitant les régions de la haute rivière Caura et les rivières Erebato et Nichare dans l’état de Bolivar au Venezuela et dans la région des rivières Ventuari et Paru, Cumina, Iguape, Padamo et Orénoque dans l’état d’Amazonas au Venezuela ainsi que dans l’état du Roraima au Brésil.

Ils ont un mode de développement riverain et sans doute dispersé.

Autodésignation : so’to

Autres noms : yecuana, makiritare, maiongong, so’to.

Ye’kuana = peuple du canot

Langue : maquiritari, de la famille des langues caribes du sud, 5950 locuteurs au Venezuela, 430 au Brésil.

Le mot ye’kuana à une origine commune au groupe, les ancêtres auraient émergé du joao yekuana, une colline située dans les plaines, le long de la rivière Cuntinama supérieure, ce peuple étant connu sous le nom de Makiritare.

Ils ont une économie mixte d’horticulteurs/chasseurs/pêcheurs.

L’organisation politique est décentralisée et autonome, chaque communauté a un chef ou une autorité, le kajishama ou kushana.

L’autorité religieuse est en charge du « jowai » ou « kadeju » et du « ña tamuru ».

Aujourd’hui il y a une homogénéité sociale, politique et religieuse qui confirme de nouvelles relations entre les communautés, influencées par l’église catholique et évangélique.

By Fábio Rodrigues Pozzebom – http://www.ebc.com.br/cidadania/galeria/audios/2013/04/doenca-de-origem-africana-atinge-os-povos-yanomami-e-yekuana, CC BY 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=26102494

Population : de 5 à 10.000 personnes (Roraima/Brésil 593 personnes, Venezuela le reste soit 7997 personnes (2011)

Le territoire actuel a une superficie de 30.000 km2 avec le parc national de Jaua-Sarisaniñame.

Une trentaine de colonies sont située dans les territoires d’Amazonas et Bolivar.

La région est riche en gibier et en poisson.

L’île Maracá sur la rivière Uraricoera est un important lieu mythologique pour les Ye’kuana.

Au Brésil, nord-est du  Roraima et Amazonas.

  • T.I Yanomamí – 9.664.980 hectares, 26.780 personnes, réserve homologuée. Villes : Alto Alegre, Amojarí, Barcelos, Caracaraí, Iracema, Mucajaí, Santa Isabel do Rio Negro, São Gabriel da Cachoiera. 8 peuples y vivent : Isolés de la Serra da Estrutura (peuple Yanomamí), isolés de l’Amajarí, isolés de l’Asuaris/Fronteira, isolés du bas Rio Cauaburí, isolés Parawa u, isolés Surucucu/Kataroa, peuple Yanomamí (langue yanomamí), peuple Yek’wana (langue karib).
alto alegre roraima By Raphael Lorenzeto de Abreu – Image:Roraima MesoMicroMunicip.svg, own work, CC BY 2.5, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=854011

Cosmovision/société

La culture matérielle est liée à la vie sacrée.

Les outils pour la navigation, la chasse, la pêche, l’agriculture, les rituels sont des expressions d’une organisation sociale complexe.

La maison communale, atta, est liée à la structure du cosmos. Elle relie la terre au monde supérieur et aux enfers.

Construire un atta est l’équivalent de la création de la grande maison cosmique comme l’a fait un jour le créateur, Wanadi.

Chaque élément du cosmos : le pilier central est l’arbre de vie qui unit les 3 mondes, les poutres du toit sont appelés »stellaires » et la poutre de soutènement est la voie lactée.

Le bois utilisé est celui du dahak, l’arbre sacré.

Chaque atta a un espace central et une porte faisant face à l’est.

Le système est matrilinéaire, le groupe est composé de plusieurs familles autour des parents et des filles mariées.

Le système rituel est dominé par les spécialistes dotés de pouvoirs spéciaux, les jowai. Leur prérogative est de guérir les maladies pour autant chaque Ye’kuana peut acquérir une dextérité rituelle pour contrôler le pouvoir maléfique.

Les maîtres ou edamo sont ceux qui maîtrisent les chants sacrés (a’churi). Les deux spécialistes peuvent effectuer les rituels à des fins caritatives ou non.

Les rites exercés par un a’churi sont composés d’exorcisme,  d’invocation magique, de chants sacrés, de gestes appropriés avec les mains ou le coup pour expulser et chasser les forces du mal ou des démons.

Ils utilisent des amulettes magiques, les eritotojo.

image

La cosmologie Ye’kuana a une dimension prophétique portée par les chamanes qui connaissent le passé, l’avenir et la promesse Ye’kuana.

Actuellement au Brésil les Ye’kuana n’ont pas de chamanes dans les communautés mais il y a des sages-femmes spécialisées, des chanteurs traditionnels et des spécialistes des plantes médicinales et magiques.

Les Ye’kuana du Brésil sont en contact avec ceux du Venezuela par le biais de visites et de consultations ainsi que par la radio.

réalisation d’une curaria – By Luisovalles – Own work, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=33063451

Le rite de passages des filles

image

Au moment de leurs premières règles, les filles sont isolées pendant une période d’un an et pendant cette période elles apprennent des taches qui seront les leurs plus tard dans leur vie d’adulte comme apprendre à filer le coton ou à faire la cuisine, pêcher.

Pendant cette période elles ne doivent porter aucune décoration ni ornement, se couper les cheveux courts, et réduire leurs contacts sociaux.

A la fin de l’isolement une fête est organisée au cours de laquelle les filles sont peintes et décorées de perles, des chansons sont chantées et elles doivent boire beaucoup de boisson traditionnelle. Ensuite elles peuvent se marier et assister aux fêtes.

Ressources

Les femmes travaillent au conuco, les hommes abattent les arbres sur la parcelle et brûlent le bois  les femmes plantent le manioc amer (culture la plus importante) et récoltent.

Malgré l’adoption du mode de vie de la société dominante, les pratiques de subsistance traditionnelle persistent.

En plus de l’agriculture les Ye’kuana élèvent de petits animaux domestiques comme les chiens et les oiseaux.

La nourriture de base est la soupe de poisson, le poivre et le beiju.

Artisanat

By Daderot – Own work, CC0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=19733503

Ils fabriquent un artisanat qui a du succès également sur le marché national et international.

La construction des bateaux au sein de la famille Ye ‘kuana est une activité célébrée en famille dans les respect de la sagesse des personnes âgées.

Ils sont des experts en navigation et connus des réseaux fluviaux des états où ils vivent.

Les curarias et pagaies qu’ils confectionnent sont très demandées dans ces régions.

Les femmes tissent des paniers.

Churuatayekuana By No machine-readable author provided. Omacanda assumed (based on copyright claims). – No machine-readable source provided. Own work assumed (based on copyright claims)., CC0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=35127627

Sources : wikipedia, ISA, site du gouvernement bolivarien

Historique du contact

Publié le 21 Septembre 2020

Peuple Ye’kuana – Historique du contact

Les Ye’kuana apportent dans leur histoire orale deux souvenirs de contact avec les espagnols tout au long du XVIIIe siècle. D’abord alliés, ils sont bientôt contraints de travailler à la construction de forts militaires sur leur territoire et contraints à la conversion catholique avec l’arrivée des missionnaires capucins et franciscains à la tête de la couronne. En plus de résister à la conversion, les Ye’kuana ont organisé une rébellion contre les espagnols en 1776.

Déjà au début du XXe siècle, une autre invasion a profondément marqué l’histoire du contact des Ye’kuana, cette fois-ci par les seringueiros. Les Ye’kuana du Brésil ramènent de telles expériences, ainsi que le processus de contestation du territoire, vécu dans le passé par ce groupe, notamment avec les Sanumá. Selon l’anthropologue Alcida Ramos :

« Vous pouvez encore entendre des hommes mûrs [Maiongong] des histoires qu’ils ont à leur tour entendues de leurs ancêtres sur l’emprisonnement de villages entiers pour travail forcé, les longues lignes de Maiongong enchaînés transportés dans les régions de caoutchouc, les histoires du temps où les industries d’extraction étaient montées sur le dos des indiens asservis. Les Maiongong ont perdu une grande partie de leur population, ont appris le portugais et/ou l’espagnol, ont acquis des fusils de chasse et ont retrouvé leur fierté de grands constructeurs de maisons et de canoës et de grands commerçants. Lorsque les Sanuma sont apparus, les terres des Maiongong étaient à moitié vides en raison des épidémies et de l’esclavage… Les fusils de chasse acquis auprès des blancs après bien des souffrances historiques, ont maintenant servi aux Maiongong à dissuader les Sanuma de poursuivre la guerre et à les forcer à une coexistence pacifique. Les Maiongong ont pris l’habitude de planter et de préparer la yucca brava et de manipuler des canoës. Ils ont également commencé à avoir des chiens, des pots, des haches, des épées et des perles bien avant d’avoir un contact continu avec les blancs » (Ramos, 1996:132-133).

Contact avec les missions

L’arrivée des missionnaires parmi les Ye’kuana dans l’Auaris a eu lieu au début des années 1960. À cette époque, les Ye’kuana du Venezuela vivaient déjà des expériences de coexistence et de conversion aux côtés de missionnaires catholiques et protestants. Au début des années 1950, la MNT (Mission Nouvelles Tribus) protestante a commencé son travail dans l’État fédéral d’Amazonas au Venezuela. Elle a obtenu l’autorisation verbale du gouvernement vénézuélien pour mener à bien ses travaux, en explorant l’Orénoque et le Manapiare. En plus du MNT, des missionnaires catholiques ont également commencé à travailler dans les États du sud du Venezuela (État de Bolivar et territoire fédéral d’Amazonas). L’État a soutenu ces missions, car il considérait le sud du Venezuela comme un espace vide à occuper (Arvello-Jimenez 1991).

L’une des conséquences du travail missionnaire parmi les Ye’kuana du Venezuela, qu’ils soient salésiens ou protestants, a été la concentration de la population autour des missions, atteignant des établissements de plus de 400 personnes. En outre, il est clair, la mise en place de services de santé, l’école, les nouvelles professions, l’agriculture non traditionnelle, la participation aux marchés régionaux, entre autres.

Sur le territoire brésilien, l’installation des missionnaires s’est faite entre la fin des années 50 et le début des années 60, par l’intermédiaire de la MEVA (Mission évangélique de l’Amazonie) dans la région du haut rio Auaris. Comme dans d’autres parties de l’Amazonie brésilienne, la FAB (Force de zone brésilienne) et l’armée brésilienne ont joué un rôle de médiateur, avec les populations indigènes, pour l’ouverture d’une piste d’atterrissage sur les Auaris et l’entrée des missionnaires.

Selon les Ye’kuana, l’intérêt des missionnaires était principalement pour les Sanumá. Les Ye’kuana ont donc décidé de ne pas vivre dans la mission, mais dans un endroit relativement proche, à environ 15 minutes en canoë en aval ou 20 minutes à pied. Les Ye’kuana ont choisi de ne pas devenir « croyants » (au Brésil, ce terme désigne les personnes converties au protestantisme, notamment en raison des comportements que la conversion implique : ne pas boire, ne pas fumer, n’avoir qu’un seul conjoint. Ils ont fait valoir aux missionnaires que leurs proches convertis du côté vénézuélien étaient devenus faibles.

En 1980, un couple de missionnaires canadiens est arrivé à Auaris pour une première expérience avec les Ye’kuana. Mais ils ne sont restés que deux ans, selon les Ye’kuana, à cause des conflits avec les « gardiens de la tradition » – des hommes qui connaissent le Watunna, l’histoire des premiers êtres, leurs réalisations, leurs lieux, leurs chants, des hommes qui connaissent le destin des Ye’kuana – qui ont nié la version selon laquelle « ceux qui ne se convertissent pas sont des descendants de Satan et brûleront avec lui, quand le monde prendra fin, ils brûleront ensemble ».  A cette occasion, il y a eu quelques discussions entre les dirigeants Ye’kuana. Les non-convertis ont dit que si Watunna ne parlait pas des évangéliques, ils devraient être des descendants de Fanhuro, c’est-à-dire de ceux qui sont venus pour détruire les Ye’kuana. Pour célébrer la victoire sur les « croyants« , les Ye’kuana ont organisé une fête qui a duré trois jours, avec beaucoup de Yaddadi et de tabac. Selon eux, le couple canadien a vu la fête, n’a pas aimé et a décidé de quitter la mission.

Dans les années 80, l’armée a également installé une petite base dans l’Auaris, qui allait préparer l’installation d’une base plus importante, avec une infrastructure adéquate pour recevoir, dans les années 90, la 5e section spéciale de la frontière. Une centrale hydroélectrique a été construite, la piste a été agrandie et pavée et les installations destinées à abriter les militaires et leurs familles ont également été construites.

Evangélisation non, école oui

Après le départ du couple qui a fait la première expérience avec la communauté Ye’kuana, ils ont fait valoir qu’ils ne voulaient pas de religion, mais plutôt une école, influencés par leurs proches qui ont vu au Venezuela la prolifération des écoles dans les communautés indigènes.

En 1983, un nouveau missionnaire a visité la communauté. Elle avait de l’expérience avec d’autres populations indigènes et en matière d’alphabétisation. Le coordinateur missionnaire de la MEVA, à l’époque, avait prévenu le chef Néri : « vous ne voulez pas de notre religion, la nouvelle missionnaire est enseignante, comme vous le vouliez, mais elle racontera nos histoires à l’école, vous accepterez… » Néri a répondu : « elle peut raconter vos histoires, nous raconterons les nôtres. C’est ainsi que le professeur est revenu l’année suivante et a travaillé aux côtés des Ye’kuna pendant 17 ans.

Avec l’arrivée du nouveau missionnaire dont le but est d’apprendre à lire et à écrire aux adultes et aux enfants, il y a eu un processus qui avait déjà été vérifié au Venezuela : l’installation sur le site, la réorganisation des tâches, qui comprenait du temps à l’école pour les jeunes et les enfants. Une fois de plus, ils ont changé de maison, près de la piste, mais de l’autre côté de la rivière. Pour eux, traverser la rivière n’était pas un problème, car chaque famille possède un ou plusieurs canoës. Avec la fondation de l’école, ils ont finalement eu une personne avec un travail exclusif à côté de leur communauté, en plus de l’intégrer dans un nouveau projet apparemment beaucoup plus Ye’kuana que la Mission elle-même, c’est-à-dire une école pour les Ye’kuana.

Mobilité spatiale et réseaux socio-économiques

Les raids le long des rivières vers les haciendas d’Uraricoera et de Boa Vista ont fait des Ye’kuana une référence en tant que constructeurs de canoës dans la région. En plus de cette activité, les travaux sur les haciendas comprenaient, entre autres, la construction de pistes d’atterrissage, de ponts et l’ouverture de zones de jungle pour les plantations. Les voyages à Boa Vista avaient pour but d’acheter des vêtements, du sel, des munitions, des pots, des vestes et d’autres biens industrialisés. En tout cas, la position géographique des Ye’kuana a limité le trafic intense entre cette communauté et d’autres villes ou centres urbains. La distance spatiale semble avoir servi de « filtre » à ce contact à la fois redouté et souhaitable. 

Il convient de noter que, grâce à la mobilité, les biens industrialisés ont été acquis directement par eux, fuyant les règles d’autres exemples, très courants en Amazonie, où ces transactions font partie d’un système qui génère la dépendance et l’exploitation par le biais des « regatões » (personnages célèbres dans les régions du caoutchouc du Moyen-Orient). Les vendeurs de rue dans leurs bateaux remplis de marchandises).

Le contact avec d’autres groupes ethniques de l’est du Roraima – outre les canoës, dans les échanges avec les Macuxi, les Wapishana, les Ingarikó, les Taurepang et les Wai-Wai, ils se sont également fait connaître pour une autre spécialité ye’kuana, cette fois féminine : les râpes à manioc – les a également informés des innombrables possibilités et expériences différentes des leurs, comme la religion, la scolarisation, la politisation des organisations indigènes, les conflits et, plus tard, les nouvelles possibilités de travail rémunéré. Bien qu’ayant des relations avec d’autres groupes indigènes, notamment dans le domaine du commerce, les Ye’kuana n’ont pas participé de manière systématique à leur mobilisation politique ou à leurs organisations, restant en dehors du processus de politisation de ces organisations.

Si les contacts avec la capitale étaient déjà réguliers dans les années 1970, ce n’est que dans les années 1980 que certains enfants de ces voyageurs ye’kuana sont venus en ville, non seulement pour travailler mais aussi pour étudier. Ces jeunes ont commencé à vivre avec les familles traditionnelles de la ville. Ces réseaux de relations ont été construits comme des relations privées et, pour cette raison même, ne se sont pas étendus à tout le monde. Ainsi, les enfants de ces voyageurs ont commencé à vivre avec les familles du « réseau de contacts » de leurs parents dans la capitale.

Ces étudiants ont été formés pour travailler comme microscopistes (professionnels responsables du diagnostic microscopique de la malaria), en accompagnant les opportunités offertes par les soins de santé indigènes dans les années 1980 et 1990. En suivant la trajectoire de ces premiers microscopistes Ye’kuana, on constate que la recherche d’une formation professionnelle dans le domaine de la santé était l’occasion pour ceux qui avaient déjà terminé leurs études secondaires dans les écoles publiques de Boa Vista. Les premiers ont suivi le cours de formation technique avec l’organisation néerlandaise « Médecins sans frontières », qui était active dans la région orientale de l’État du Roraima. Après avoir passé l’examen mené par le ministère de la santé, par l’intermédiaire de la FUNASA (Fondation nationale de la santé), les deux premiers microscopistes Ye’kuana ont été engagés par l’organisation française « Médecins du Monde« , puis par la FUNASA elle-même, travaillant dans les régions du territoire indigène Yanomami : Homoxi, Parafuri, Ericó, Auaris et Paapiu.

La fièvre de l’or

Au début des années 1980, le village d’Olomai a été fondé par la famille d’un Ye’kuana marié à une Sanumá. Le couple et leurs enfants ont déménagé en aval, et la mission Auaris a accompagné le groupe, construisant une maison de soutien pour les missionnaires, qui sera désormais la nouvelle station missionnaire. Ainsi, de nouvelles maisons et une nouvelle route ont été construites. Cette région est devenue un lieu contesté parmi les exploitants de minerais, et les Ye’kuana et les Sanumá ont vécu de près le drame de la violence de cette exploitation sur leurs terres (Ramos, 1990).

Au cours de la même période, d’autres Ye’kuana ont extrait de l’or ailleurs, principalement dans la région de Waikas, vers laquelle certaines familles se sont installées dans la seconde moitié des années 1980. Ils ont également connu la terreur des relations sociales marquées par la violence due à l’exploitation minière. Dans de nombreux récits, ils sont perplexes devant les corps des morts jetés dans la rivière. La violence dans les relations les a poussés à chercher à travailler parmi les Ye’kuana eux-mêmes, en privé ou pour des tiers, leurs alliés.

Ainsi, face à la peur et cherchant à s’appuyer sur leur « réseau d’alliés« , ils ont pu accumuler des biens tels que des moteurs de bateaux, des générateurs électriques, des machines à gratter le manioc, des vêtements, des radios, des munitions, des armes, des machines à coudre, entre autres. Ils ont même pu acheter une maison à proximité du centre de Boa Vista. Aujourd’hui, la plupart des hommes qui ont participé à l’exploitation des minéraux ont d’autres priorités : certains sont microscopistes, assumant ainsi de plus en plus de responsabilités auprès de la communauté.

traduction carolita d’un extrait de l’article sur le peuple Ye’kuana du site pib.socioambiental.org Ye’kwana

Articles complémentaires

Mythe de la création des Ye’kuana

%d blogueurs aiment cette page :