Sites Guaranís – La pierre gravée d’Ingá

Publié le 19 Janvier 2019

Ingá est le nom d’une ville située à 80 kilomètres de João Pessoa, Paraíba, sur le haut plateau de Borborema, en direction de Campiña Grande.
A moins de 8 kilomètres de la ville d’Ingá, sur les rives de la rivière Ingá, qui s’assèche en hiver pour devenir abondante en été, se trouve un monolithe de granit, dont la surface est couverte de 500 inscriptions étranges en bas relief. C’est la fameuse « Piedra Labrada de Ingá« , dont la forme est irrégulière, avec environ 23 mètres de large et 3 mètres de hauteur moyenne (3,80 mètres à son point le plus haut).

De nombreux chercheurs affirment que ses gravures sont uniques au monde.

Sur ce monolithe, des thèmes curvilignes se détachent. Dans les rares cas où une représentation différente apparaît, ce sont des reptiles ou des hommes.

Il y a trois panneaux de gravure :

– Sur la face nord du bloc de granit, les inscriptions sont concentrées sur un panneau de 18 m de long sur 1,80 m de haut à son point culminant. Les figures et les motifs gravés sont présentés, en moyenne, avec un diamètre de 50 mm. et une profondeur de 30 mm. L’ensemble du champ sculpté est limité dans sa partie supérieure par des cercles, parfaitement excavés, d’un diamètre moyen de 5 cm, appelés capsulaires, au nombre de 114. Au début des gravures il y a une spirale à droite, tandis qu’à la fin il y a une autre spirale, maintenant à gauche, toutes deux laborieusement réalisées, avec un poli remarquable.

– Le bloc de granit repose sur une grande dalle qui, battue par les eaux de la rivière pendant les périodes de crue, présente une coloration différente de celle du bloc. Sur cette dalle, en légère pente, il y a aussi des enregistrements avec la même technique de travail, représentant même certains symboles du panneau, le tout parfaitement poli. Mais il y a des amas sculptés d’étoiles et de points qui s’accordent facilement avec les constellations et la Voie lactée. Compte tenu de la position relative des étoiles ainsi que de la représentation de l’ordre de luminosité (magnitude), certains chercheurs pensent que la constellation Orion y est représentée.

– Sur le bloc de granit, il y a d’autres inscriptions, en plus petit nombre. L’une d’elles, située au centre du panneau sculpté, à 50 cm au-dessus de la ligne des capsules, ressemble à une représentation d’un soleil radieux, en demi-cercle, d’où partent 21 rayons, retournés dans la partie inférieure du mur. La finition de toutes les inscriptions d’Ingá donne l’idée d’un polissage qui semble confirmer l’hypothèse concernant le procédé utilisé pour réaliser les enregistrements : ils auraient été exécutés à l’aide de roches dures ou de bois, mouillés dans l’eau et ensuite polis au sable, comme au papier de verre. Les rainures qui composent les figures ou les dessins gravés sur cette roche font un demi-pouce de large.

Il existe de nombreuses théories étranges pour expliquer l’origine des gravures, comme par exemple qu’elles auraient été réalisées avec des rayons laser par d’anciens astronautes extraterrestres, qu’elles seraient une écriture alphabétique (symboles représentant des sons) ou même une écriture idéographique ou pictographique (symboles exprimant des idées au lieu de sons). On suppose que ses auteurs étaient les Phéniciens, les Hittites, les Egyptiens ou les habitants de l’île de Pâques, entre autres. Cependant, aucune de ces théories n’a fait l’objet d’un consensus.

Il n’est pas nécessaire d’être spécialiste des langues mortes pour percevoir que les pétroglyphes d’Ingá ne sont pas un écrit et que les signes, disposés de façon capricieuse, ne gardent entre eux ni ordre, ni symétrie, ni aucune relation de taille, car ils sont très peu répétés.

Le monument d’Ingá devait représenter quelque chose de vraiment important, pour la difficulté de ses artisans à faire le travail. Selon la plupart des chercheurs, il pourrait être un centre de culte religieux, lié à des éléments astronomiques.

A Ingá, Paraíba (Latitude = 7,29° Sud ; Longitude = 35,61° Ouest ; Fuseau horaire = 3 heures Ouest) l’amplitude oratoire dans les solstices est égale à 23,60° degrés. Au début des quatre saisons de l’année, à midi solaire (entre parenthèses), les hauteurs du Soleil, avec les directions respectives qu’il culmine (Nord ou Sud), sont :

Automne (11h et 30min.) : 82.60° Nord (20 mars),
Hiver (11h et 24min.) : 59.27° Nord (20 juin),
Printemps (11h et 15min.) : 82.65° Nord (22 septembre),
Eté (11h et 21min.) : 73.85° Sud (21 décembre).
LienHypothèse sur les relations astronomiques
Les passages zénithiques (hauteur = 90°) ont lieu les 7 avril et 3 septembre, à proximité des équinoxes.

Les dessins

Pierre d’Inga, hypothèses astronomiques

Publié le 20 Janvier 2019

la pierre d’Inga

La Constellation d’Orion


En 1974, le Bulletin d’Information du Centre Brésilien d’Archéologie, à Rio de Janeiro, a publié une étude présentée par l’ingénieur José Benício de Medeiros, réalisée en 1962, intitulée : « Tentative de déterminer l’heure à laquelle les enregistrements d’Ingá de Bacamarte ont été réalisés ». Il a raconté une série de gravures situées sur la dalle de base du monolithe, avec des étoiles qui forment la constellation d’Orion, où se trouvent les Tres Marias. Des 14 étoiles indiquées, 11 coïncideraient avec les étoiles de cette constellation, selon l’auteur.

Un grand nombre de gravures sur la plaque représenterait la Voie Lactée, qui passe effectivement près de la constellation d’Orion. Les magnitudes stellaires, c’est-à-dire l’éclat plus ou moins grand des étoiles, seraient représentées par un diamètre plus ou moins grand des trous ou concavités creusés dans la dalle et par une quantité plus ou moins grande de rayons.

Pour les trois étoiles brillantes, qui n’ont pas été identifiées, l’auteur a émis l’hypothèse qu’il s’agirait des planètes Mars, Jupiter et Saturne, situées en ligne droite, parallèlement à l’écliptique quand elle traverse l’équateur céleste.

L’écliptique correspond à la ligne sinueuse formée par le Soleil lorsqu’il traverse les douze constellations zodiacales, et l’équateur céleste est le prolongement, dans le ciel, de l’équateur terrestre.

Localisation du point vernal

Localisation actuelle (En Ariès)

Localisation en 4134 avant JC (en taureau)

Les planètes Neptune, Uranus et Pluton ont été éliminées par l’auteur car elles sont peu nombreuses à être vues à l’œil nu. Les planètes Vénus et Mercure n’ont pas non plus été prises en compte parce qu’il a supposé que le panneau représente la constellation d’Orion quand elle est au point culminant dans le ciel (culmination) et ces deux planètes sont vues près de la direction du Soleil, donc près de l’horizon.

L’ingénieur José Benício de Medeiros a déterminé l’âge du monument par les étoiles,à 6 095 ans, de la manière suivante :         
« L’équateur céleste est coupé par l’écliptique en deux points, déterminant la ligne des équinoxes. L’un de ces points est appelé point vernal et sert à l’origine du récit de l’une des coordonnées d’une étoile, son ascension droite, en langage astronomique. Ce point vernal subit un déplacement rétrograde, parfaitement connu, dû aux perturbations imposées à l’orbite terrestre par le Soleil, la Lune et les planètes. C’est le phénomène bien connu de la précession des équinoxes. De cette façon, le point vernal se déplace continuellement à travers l’équateur, et fait un tour complet en 26.000 ans de clôture. En mesurant la distance qui sépare le point vernal d’aujourd’hui de celui du temps des enregistrements de la « Piedra Labrada de Ingá », on obtient la valeur de 5 heures et 40 minutes, soit 306 mille secondes. La vitesse du mouvement du point vernal est de l’ordre de 50,2″ (secondes d’arc) par an. En effectuant les calculs, la valeur de est trouvée : 306.000/50,2 = environ 6.095 ans, ce qui correspond à l’intervalle de temps entre le moment où l’écliptique a franchi pour la dernière fois l’équateur dans la région où se trouve la Constellation d’Orion et le début de 1961, soit 6.095 – 1.961 = 4.134 ans avant JC  

Tous les calculs sont corrects, cependant, l’auteur a considéré que « le point vernal se déplace sur l’équateur » alors qu’en réalité il se déplace sur l’écliptique, couvrant les douze constellations zodiacales en environ 26.000 ans. Pour cette raison, le point vernal n’a jamais été dans la constellation d’Orion, rendant son hypothèse invalide. Par exemple, il y a 6 095 ans, le point vernal se trouvait dans la constellation du Taureau.

Les inscriptions ont été sculptées selon la technique du bas-relief utilisée par les Egyptiens et les Hittites.

Cette écriture a beaucoup de ressemblance avec la hittite, pouvant trouver des ressemblances avec les hiéroglyphes égyptiens, les Sumériens et ceux de la vallée de l’Indus. Certains signes ne se retrouvent dans aucun des systèmes cités, une hypothèse est que l’écriture de la Pierre d’Ingá est un système pictural ou une idéo phonographique, ancêtre des systèmes cités, c’est-à-dire une écriture hiéroglyphique mère.

Le calendrier solaire

En novembre 1986, l’Institut d’Archéologie Brésilienne (IAB) a publié un ouvrage inédit de l’archéologue espagnol Francisco Pavia Alemany intitulé « Le calendrier solaire de la « pierre Ingá » – Une hypothèse de travail ». Dans son travail, il s’est limité à l’étude des 117 glyphes qui sont alignés horizontalement, occupant un tiers de la partie supérieure de la roche. Certains auteurs comptent 114 ou 115 capsules.

L’auteur a supposé que le monolithe d’Ingá pourrait servir de calendrier solaire en utilisant, près de lui, une horloge solaire verticale, étant que le registre des ombres quotidiennes, à la naissance du Soleil, serait matérialisé par les 117 glyphes. Cette ombre irait d’un bout à l’autre en 183 jours (six mois) et reviendrait ensuite, fermant un cycle complet en un an.

Selon l’auteur lui-même, la première contradiction surgit immédiatement : comment 117 glyphes peuvent-ils représenter le registre de 365 jours ? L’auteur explique : 
« Nous devons garder à l’esprit que le Soleil, lorsqu’il se déplace dans un sens, d’un tropique à l’autre, passe 183 jours à déterminer certains glyphes. Lorsque le mouvement se fait dans la direction opposée, les nouvelles ombres coïncident avec les glyphes existants. Cela réduirait à 183 le nombre de glyphes nécessaires, un nombre toutefois plus élevé que les 117 glyphes existant à Ingá.

Pendant quelques jours avant et après chaque solstice, la position du Soleil par rapport à l’Equateur céleste varie très peu, car il se tenait droit, c’est ce que signifie étymologiquement le mot solstice. Par conséquent, la différence entre les ombres projetées à cette occasion est si minime qu’elles peuvent être représentées par un seul glyphe, réduisant la différence entre les 183 jours à représenter et les 117 glyphes d’Ingá ».

Une autre justification qui viendrait compléter la différence restante est la suivante :

Dans les périodes immédiatement avant et après où le Soleil semble être debout, on perçoit qu’il y a un mouvement dont la représentation quotidienne est rendue difficile par le fait que la distance entre les projections quotidiennes des ombres est inférieure au diamètre du symbole utilisé pour sa représentation. Ce chevauchement partiel explique pourquoi il n’y a pas de représentation quotidienne dans ces périodes, puisqu’un glyphe correspond à plus d’un jour, comme c’est le cas des glyphes du solstice.

Selon l’hypothèse de l’auteur, le soleil levant se déplacerait très peu en 66 jours pendant six mois, avec un solstice au centre. Toutefois, il ne fournit pas cette valeur. En calculant le mouvement apparent de la naissance du Soleil à Ingá, nous pouvons déterminer ce déplacement :
Les quatre angles formés par les points extrêmes de naissance et de coucher du soleil, par rapport à la ligne est-ouest, sont numériquement égaux. Sur la ligne de l’équateur (latitude zéro degrés), ils valent 23° 27′. Ainsi, le Soleil parcourt 46° 54′ pour aller d’un bout à l’autre, situé du même côté. Ces angles augmentent avec la latitude du lieu. Par exemple, à Curitiba, dont la latitude est de 25° 27′, ils valent 26° 12′.

À la latitude d’Ingá, pour aller du tropique du Capricorne au tropique du Cancer, ou vice versa, le Soleil levant se déplace à un angle de 47,2° sur une clôture de 183 jours (six mois), c’est-à-dire à une moyenne de 0,25792° degrés par jour, dans un mouvement non uniforme, étant plus lent près des solstices. Ainsi, en 66 jours (33 avant le solstice et 33 après), il ne se déplace que de 4° degrés, soit 0,1212° degrés par jour, en aller-retour, bien en dessous de la moyenne.

Avec 117 glyphes, le soleil levant traverse, en moyenne, 2 47881 glyphes par degré. Ainsi, les 4 degrés qu’il parcourt en 66 jours près des solstices correspondent à 10 du total de 117 glyphes. Puisque nous ne pouvons pas mépriser l’espace occupé par ces 10 glyphes existants, l’hypothèse de l’auteur devient invalide. De plus, la question se pose toujours : pourquoi les Indiens du Brésil utiliseraient-ils une méthode aussi compliquée pour établir un calendrier annuel simple ?

L’écliptique

Le docteur Francisco C. Persona Faria a également analysé le monolithe d’Ingá du point de vue astronomique, en particulier le mur vertical, dont les gravures occupent une surface de 30 mètres carrés. Dans un livre avec le résultat de ses recherches intitulé « Los Astrónomos Pré Históricos de Ingá » (Ibasa ed., 1987). L’auteur a supposé que la succession des dépressions hémisphériques (glyphes) dans la partie supérieure de l’Itaquatiara serait une représentation de l’écliptique, avec sa partie médiane ou centrale signalant l’équinoxe du printemps. À l’apogée du soixantième glyphe sur les 115 étudiés (certains chercheurs en ont compté 114 et d’autres 117), il y a un chiffre qui marquerait l’équinoxe du printemps. Ensuite, en dessous de toutes les capsules seraient des représentations de constellations zodiacales les mêmes que l’horoscope astrologique.

Ssur le monolithe d’Ingá, par exemple, la constellation moderne du Cancer pourrait être un glyphe ressemblant à un lézard à queue allongée, dont les membres postérieurs pourraient être fondus avec les étoiles de la constellation du Hidra.

Cette interprétation est la moins citée dans les milieux universitaires pour les raisons suivantes :

a) sous les glyphes il y a plus de douze représentations et, par conséquent, nous pouvons toujours choisir celle qui est la plus commode à comparer avec les douze constellations zodiacales ;

b) bien qu’elle semble élémentaire, il reste encore à convenir que la disposition des étoiles dans les constellations est totalement arbitraire. Ainsi, nous pouvons toujours trouver un ensemble d’étoiles qui reproduisent, approximativement, n’importe quelle figure.

Centre chaman lié aux éléments astronomiques

Dans l’interprétation de l’art rupestre préhistorique, nous ne saurons jamais quand une hypothèse est correcte. Cependant, comme nous l’avons vu dans les exemples précédents, il est toujours possible de découvrir où elle a tort.

On peut dire qu’il existe deux types d’astronomie indigène : l’une liée au climat, à la faune et à la flore du lieu, connue par la majorité de la communauté intéressée et qui régule la vie quotidienne du village et l’autre liée aux esprits, étant connue seulement par les Pajés et par des gens spéciaux.

Tous les groupes ethniques indigènes brésiliens étudiés en relation avec l’astronomie accordent plus d’importance à la Voie Lactée (chemin visible) qu’à l’écliptique (chemin imaginaire). La Voie Lactée est normalement connue comme la Voie d’Anta, mais spirituellement elle est connue comme la Demeure des Dieux. Tres Marias sont utilisées pour l’orientation parce qu’elles sont nées au point cardinal Est et sont placées au point cardinal Ouest, mais elles sont connues spirituellement comme « Le Chemin des Morts ». De nombreux groupes ethniques enterrent leurs morts la tête tournée vers l’Est et les pieds vers l’Ouest, ce qui représente le cycle de la vie.

Quand on regarde combien il y a de constellations, les Pajés Guaraní disent que tout ce qui existe dans le ciel existe aussi sur la Terre. S’ils voulaient n’enregistrer que les constellations, les Indiens Ingá choisiraient certainement des figures moins complexes pour représenter ces constellations, telles que les éléments liés de leur faune.

Les pajés de différentes ethnies prétendent avoir acquis leurs connaissances astronomiques à travers des rêves dans lesquels certains esprits leur ont appris à reconnaître le ciel et à nommer les constellations.

En analysant les gravures d’Ingá, nous identifions facilement certains esprits de la mythologie guaraní. De ces vérifications, nous supposons que le panneau indique une partie de la Voie Lactée et que les gravures représentent des esprits indigènes qu’ils voient dans le ciel près de la Voie Lactée, composés d’étoiles et de taches claires et foncées de la Voie Lactée.

En montrant des photos d’Ingá à divers Pajés Guaraní, ils ont reconnu divers esprits dans les gravures. De plus, ils les ont nommés et ils sont capables de les localiser dans le ciel.

traduction carolita du site Pueblos originarios.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :